Guillemette Crouzet : « Le Moyen-Orient est une création de l’Inde anglaise »

L’expédition de Bonaparte en Égypte en 1798 créa un électrochoc en Inde, où les potentats britanniques furent pris de panique à l’idée de perdre le contrôle des routes maritimes. C’est de cette crainte infondée qu’est né le Moyen-Orient, conçu comme un glacis défensif.

 


© Dagli Orti / British Library

Jusqu’au XIXe siècle, le Moyen-Orient est un non-espace. Il faudra attendre les grandes campagnes de surveys pour qu’il soit cartographié. Ici, une carte de 1871, établie par un missionnaire anglican.

  Guillemette Crouzet est agrégée d’histoire. Genèses du Moyen-Orient est issu de la thèse de doctorat qu’elle a soutenue en 2014 à l’université Paris-Sorbonne. Elle a reçu le prix Sophie Barluet 2016, décerné par le CNL et un jury présidé par Books.   Dans votre ouvrage, vous développez une thèse audacieuse : le Moyen-Orient serait une création des « Indes ». Qu’entendez-vous par là ? C’est une création de l’Empire britannique des Indes, pour être exact. Le Moyen-Orient a été conçu par cet empire, au XIXe siècle, comme un glacis ­défensif sur son flanc occidental. Un espace ayant pour vocation de le prémunir contre une éventuelle invasion.   Mais les Indes étaient alors gouvernées ­depuis Londres. Pourquoi ne pas parler d’une création « britannique » à propos du Moyen-Orient ? Parce que les Indes britanniques ont eu tendance pendant tout le XIXe siècle à se comporter sinon comme un État indépendant, du moins comme une ­entité autonome, à échapper en partie au contrôle de Londres. Je m’inscris là dans une historiographie qui, depuis ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Genèses du Moyen Orient de Guillemette Crouzet, Champ Vallon, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Entretien « L’art est ce qu’on veut qu’il soit »
Entretien « L’enseignement dans les universités ? Du travail d’amateur »
Entretien « Les rapports du Giec masquent les données »

Aussi dans
ce numéro de Books