Heureux comme un cœlacanthe
par Matt Ridley

Heureux comme un cœlacanthe

Certaines espèces vivantes n’ont pas changé depuis des centaines de millions d’années. Un paléontologue s’interroge.

Publié dans le magazine Books, avril 2012. Par Matt Ridley

« Heureux vivait un cœlacanthe / Dans l’obscure mer primitive ; / Dormant, chassant et s’accouplant / Tout à son aise. “Évoluez !” / Lui ordonna Dame Nature. / Il répondit : “Pardon, Madame, /À vous de fabriquer Darwin, / Moi, je reste tel que je suis.” »Dans son petit hymne au poisson à pattes, ce « fossile vivant » qu’on croyait disparu depuis belle lurette lorsqu’il fut étonnamment découvert sur un marché au poisson d’Afrique du Sud dans les années 1930, le poète Horace Shipp renverse le processus de l’évolution : elle ne résulte pas de la volonté d’un poisson, ou d’une dame ; elle se produit, tout simplement. Néanmoins, ce poème reflète bien un point curieux : certaines espèces subissent au fil des âges des changements spectaculaires, et d’autres non. Réglez le curseur de votre machine à remonter le temps sur le carbonifère, il y a 300 millions d’années, et vous atterrirez dans un monde inconnu. Ni herbe ni fleurs, ni oiseaux ni mammifères, ni grenouilles ni serpents, ni mouches ni fourmis. Pourtant, parmi ces formes de vie méconnaissables, quelques créatures vous rappelleraient immédiatement des spécimens encore vivants aujourd’hui : limules, onychophores, scorpions, lamproies, dipneustes, ammonites, cycas, fougères queue-de-cheval. Ce sont ces « survivants » que Richard Fortey part visiter dans leur milieu, ce qui le conduit à parcourir le monde à travers plages, forêts, déserts et marécages. Ici, il s’émerveille devant des « stromatolithes » antédiluviens dans la baie Shark, en Australie – ces structures en forme d’oreillers que construisent en eau saline peu profonde de minces pellicules de microbes, forme de vie qui existait déjà il y a deux milliards d’années ; là, il est dans un temple bouddhiste en Chine pour contempler les seuls spécimens de gink­gos sauvages, dont les feuilles, inchangées, apparaissent à l’état de fossiles datant du début de l’époque des dinosaures, il…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire