L’alchimie des mots

Dans Mr Gwyn, Alessandro ­Baricco met en scène un écrivain devenu portraitiste. Non que le personnage principal ait abandonné sa plume pour un pinceau, mais parce qu’il a renoncé, au grand désarroi de son agent, à écrire des romans pour se consacrer à l’art du portrait. Des portraits réalisés sans fusain, aquarelle ni gouache, seulement avec des mots.
Jasper Gwyn, auteur célèbre, s’installe dans un atelier méticuleusement aménagé. Il y reçoit ses clients lors de séances s’étalant sur trente jours au terme desquelles il fait éclore un bref, mais riche portrait en prose. Déroutant, surprenant de beauté et de précision, et toujours reçu avec ravissement par le sujet.
Un matin, Gwyn disparaît soudainement, ne laissant derrière lui qu’une courte note adressée à son assistante. Étudiant alors chacun de ses mots, la jeune femme comprend que le mystère de l’alchimie de l’écriture ne réside pas là où se trouve physiquement l’écrivain, mais dans sa solitude et son cœur affamé d’amour.
Ce livre délicat et élé...

SUR LE MÊME THÈME

Chronique Le Bel art de l’édition
Chronique Le complotisme sans peine
Chronique Le marketing de l’intime

Aussi dans
ce numéro de Books