Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Écran noir
Temps de lecture 1 min

L’amitié homme-femme au secours du féminisme


Ami ami. Copyright Julien Panié / Nord Ouest Films

Avec son film Ami-Ami, en salle cette semaine, Victor Saint Macary relance le débat sur la possibilité d’une amitié homme-femme.

En 1792 dans Défense des droits de la femme, un des tout premiers essais féministes, l’écrivaine britannique Mary Wollstonecraft assure qu’elle est possible et même indispensable. Elle plaide pour un mariage fondé sur l’amitié. Elle y voit un moyen pour les femmes et les hommes de mieux remplir leurs devoirs d’époux et de parents, mais aussi un marchepied vers une égalité réelle entre les sexes. Si les maris considèrent leurs épouses comme des amies, les femmes pourront être reconnues comme égales aux hommes par la société, estime-t-elle.

La passion ou l’adéquation de caractère ne sont pas plus des critères pour choisir un époux que sa position sociale ou sa richesse. L’essentiel est la volonté des fiancés d’être des égaux. « L’amitié est une affection sérieuse ; la plus sublime des affections, car elle repose sur les principes et la vertu », écrit Wollstonecraft.  Jean-Jacques Rousseau, Mary Astell ou Christine de Pisan ont plaidé avant elle pour des mariages fondés sur l’affection. Mais ils assuraient que l’épouse devait, malgré cela, obéissance à son mari en toutes circonstances. Pour Wollstonecraft, c’est impensable. Aristote, dans sa définition de l’amitié véritable, n’aurait jamais pensé qu’un partenaire obéisse à l’autre.

Mais pour arriver aux mariages entre amis, il faut changer les règles entourant cette institution et notamment cesser de considérer leur beauté comme le seul atout des femmes. Wollstonecraft est convaincue qu’une femme éduquée est la seule à pouvoir prétendre à un mariage égalitaire. Elle concède cependant que des femmes éclairées et indépendantes puissent ne pas vouloir se marier du tout.

A lire aussi dans Books : Ami, vous avez dit ami ?, octobre 2010.

LE LIVRE
LE LIVRE

Défense des droits des femmes de Mary Wollstonecraft, Gallimard, 2016

SUR LE MÊME THÈME

Écran noir Les pionniers de l’électro étaient soviétiques
Écran noir Étonnant poulet
Écran noir Les inégalités sont-elles morales ?

Dans le magazine
BOOKS n°98

DOSSIER

Ce que ressentent les animaux

Périscope

La tragédie de l’euro

Art

Quelle était la couleur de la Vénus de Milo ?

par Margaret Talbot

Extraits - Non fiction

« Mon nom est Charles Manson »

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.