Le dernier eunuque de Chine

Castré par son père, il rejoint la Cité interdite quand s’effondre la dernière dynastie. Plongé dans les perversités de la cour, humilié par les maoïstes, puis par ses parents…

« Je suis né dans le comté de Jinghai, près de Tanjin, le onzième mois de la vingtième année du règne de l’empereur Guangxu (1). Castré à l’âge de 8 ans, je suis arrivé à Pékin à 15 ans, rêvant de richesses et d’honneurs. » Ainsi débute le recueil des confessions de Sun Yaoting, le dernier eunuque ayant servi à la cour impériale de Chine. Témoin et victime d’une histoire tragique et tumultueuse, Sun Yaoting fut serviteur à la Cité interdite sous le règne de Pu Yi, le dernier empereur (2). Sun Yaoting s’est confié à l’écrivain Jia Yinghua dans les années 1990 et mourut en décembre 1996, à l’âge de 94 ans. Dans l’environnement misérable des campagnes chinoises, la castration des petits garçons était souvent l’unique espoir d’une vie meilleure. Une chance de fuir la famine en servant à la cour. C’est de ses propres mains que le père de Sun opéra son fils, à l’aide d’un rasoir, sur un petit lit, dans une masure de terre battue. Un piment rouge en guise d’anesthésiant, un bout de papier imbibé d’huile pour tout bandage et ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le dernier eunuque de Chine, la vie de Sun Yaoting de Le dernier eunuque de Chine, Excelsior 1881, 2009, non traduit en français

SUR LE MÊME THÈME

Histoire États-Unis : par ici la sortie !
Histoire Chine : un autoritarisme tout en souplesse
Histoire Quand le tabac soignait

Aussi dans
ce numéro de Books