Le pape assassiné

À Bogotá, un roman évoque la fin brutale et suspecte de Jean-Paul Ier.

Le 28 septembre 1978, le pape Jean-Paul Ier mourait brusquement, après tout juste trente-trois jours de règne. Un décès entouré de mystère – un arrêt cardiaque, officiellement – qui donna d’emblée lieu à diverses spéculations. Dans « Prière pour un pape empoisonné », Evelio Rosero recrée, dans une atmosphère de polar, les derniers jours du souverain pontife. Un roman dans lequel l’écrivain colombien reprend à son compte la théorie de l’historien David Yallop, qui affirmait, dans une enquête publiée en 1984 (Au nom de Dieu, traduit chez Christian Bourgois), que le pape avait été empoisonné sur ordre de Mgr Marcinkus, le président de la banque du Vatican, alors impliqué dans plusieurs affaires de corruption en lien avec la mafia.

Evelio Rosero décrit Jean-Paul Ier comme « le plus humble curé de la plus humble paroisse », rapporte El País, et il ne craint pas d’en faire ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Prière pour un pape empoisonné de Le pape assassiné, Tusquets

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Le grand refoulement
Bestsellers John Donne, poète rock’n’roll
Bestsellers Dans la bulle sensorielle des animaux

Dans le magazine
BOOKS n°121

DOSSIER

Tous traumatisés !

Chemin de traverse

14 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Soigner mes traumas

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

John Donne, poète rock’n’roll

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire