Charles Taylor : « Le pluralisme religieux est le fait marquant de la modernité »

Au moment où la France interdit le port de la burqa, le grand philosophe canadien en appelle à une laïcité plus ouverte. Car il faut s’y faire : l’avènement de la raison n’a pas sonné le glas de la religion ; elle a diversifié la gamme des options qui s’offrent à l’individu.

  Né en 1931, le Canadien Charles est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands philosophes anglo-saxons. Professeur émérite à l’université McGill, à Montréal, cet intellectuel de gauche, par ailleurs catholique pratiquant, né d’un père anglophone et d’une mère québécoise, est l’un des plus fervents défenseurs du multiculturalisme.   Le fait religieux est plus présent que jamais dans nos sociétés. Comment expliquez-vous cette prégnance de la religion dans une modernité que l’on disait désenchantée ? Il y eut un immense malentendu. Dans le sillage de Nietzsche annonçant la mort de Dieu, de nombreux philosophes et intellectuels ont pensé que la modernité irait de pair avec la quasi-disparition de la religion, le reliquat de croyance se voyant confiné à la seule sphère privée. Tel fut longtemps le récit dominant. Or, force est de constater que la religion ne disparaît pas ; elle se transforme, comme elle l’a toujours fait. Ceux qui pensaient la sécularisation en termes de déclin du religieux sont à la fois inquiets et en colère. Nous ...
LE LIVRE
LE LIVRE

SUR LE MÊME THÈME

Religion Dans les pas de l’insatiable Égérie
Religion À Vetka, les ombres des vieux-croyants d’antan
Religion Mgr Corneille : « Le Kremlin a enfin cessé de persécuter les vieux-croyants »

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

De la tendresse dans un monde de brutes

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire