Le Stephen King chinois

Depuis la parution en 2002 de son premier roman, « Virus », Cai Jun est surnommé le « Stephen King chinois ».

Depuis la parution en 2002 de son premier roman, « Virus », Cai Jun est surnommé le « Stephen King chinois ». Aujourd’hui, celui qui affirme être venu à l’écriture « par hasard » publie « Le meurtre du temps perdu », que les lecteurs s’arrachent en librairie comme sur Internet, rapporte Song Hua sur le site d’information culturel Sina Book.

Et cette fois, note la journaliste, « le maître du thriller a tourné une page. En se détournant de la série qui a fait son succès, “Le village déserté”, il a décidé de se consacrer aux mutations de notre société ». Pour se démarquer des autres auteurs à suspens qui « écrivent des histoires, mais pas de véritables romans », Cai Jun « se focalise à présent sur ses per-sonnages, à l’instar de l’auteur japonais de polars Keigo Higashino ».

LE LIVRE
LE LIVRE

Le meurtre du temps perdu de Le Stephen King chinois, Editions Jieli

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Territoire fantôme
Bestsellers Requiem pour un massacre
Bestsellers Depuis quand l’Allemagne est-elle une démocratie ?

Dans le magazine
BOOKS n°116

DOSSIER

Testez vos préjugés !

Chemin de traverse

16 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Préjugés sur les préjugés

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Depuis quand l’Allemagne est-elle une démocratie ?

Voir le sommaire