Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Les beaux jours de la lecture à voix haute

Beaucoup d’historiens soutiennent qu’une « révolution de la lecture » se produisit au cours du XVIIIème siècle. Plus de livres étaient en circulation et une plus grande part de la population savait lire, ce qui aurait entraîné un basculement de la lecture à voix haute en public vers une pratique privée de la lecture. C’est en contrepoint de cette thèse que s’inscrit The Social Life of Books, d’Abigail Williams.

Le but de cette professeure de littérature de l’université d’Oxford est de « découvrir comment on lisait, dans quelle pièce de la maison, avec qui, à voix haute ou silencieusement, pour se divertir ou s’instruire », analyse Kate Chrisholm dans The Spectator. Selon l’auteure, beaucoup de raisons expliquent la persistance de la lecture à voix haute dans l’Angleterre de l’époque géorgienne.

L’éclairage domestique était coûteux, alors  « pourquoi se fatiguer les yeux avec une lumière insuffisante et de petits caractères quand une seule personne avec un livre bien éclairé pouvait faire le travail pour un grand nombre ? », souligne Williams. De plus, laisser les jeunes filles lire des romans toutes seules était considéré comme dangereux, elles risqueraient de s’imprégner de conceptions fantasques de l’amour. Enfin, être un bon orateur était très bien vu socialement, chacun était encouragé à développer son élocution et à participer à des clubs de lecture.

 

A lire aussi dans Books : Savoir jusqu’où lire, juin 2015.

 

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs ». Pour recevoir le Books du jour inscrivez-vous gratuitement.

LE LIVRE
LE LIVRE

The Social Life of Books de Abigail Williams, Yale University Press, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Les états d’âme d’une gauchiste américaine
La « reine des allocs » a bel et bien existé
Lu d'ailleurs Samuel Pozzi, l’insaisissable « docteur Dieu »

Dans le magazine
BOOKS n°103

DOSSIER

Femmes singulières

Mot manquant

Harga

par Daniel Pennac

Esprit critique

La nouvelle élite féminine

par Olivier Postel-Vinay

Politique

Mamata Banerjee, la « grande sœur » des Bengalais

par Sumana Roy

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.