Les Bhutto, Borgia de l’Asie

Les Bhutto, Borgia de l’Asie

À Islamabad, les mémoires de Fatima Bhutto, nièce et ennemie jurée de Benazir, fascinent les lecteurs et déchaînent la critique.

Publié dans le magazine Books, octobre 2010.
Le nom de Bhutto est à bien des égards devenu synonyme de Pakistan. Cette famille de riches propriétaires terriens joue en effet depuis plusieurs décennies un rôle politique majeur, d’abord à travers la figure de Zulfikar Ali Bhutto, qui dirigea le pays entre 1971 et 1977 avant d’être renversé, puis à travers celle de sa fille Benazir, deux fois Premier ministre. Beaucoup d’encre a déjà coulé sur les morts tragiques qui ont frappé la dynastie : Zulfikar a fini pendu, son fils Shahnawaz empoisonné, tandis que son autre fils Murtaza était tué au cours d’une fusillade et que Benazir périssait dans un attentat. Publiés en mars au Pakistan, en Inde et au Royaume-Uni, sous le titre Songs of Blood and Sword (« Chants de sang et d’épée »), les mémoires de Fatima Bhutto, nièce de Benazir et fille de Murtaza, font sensation à Islamabad. Malgré les critiques cinglantes de la presse nationale, qui dénonce une vision « partiale » de l’histoire. Fatima s’y attaque en effet à sa tante Benazir et au…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire