Les enfants perdus de la démocratie

Dans son dernier livre, le romancier Javier Cercas revisite les premières années du post-franquisme en racontant le naufrage, dans la drogue et la délinquance, d’une génération d’adolescents des bas-fonds.

On a presque envie de demander grâce. Page après page, pas une seule certitude, tout est ambigu, inquiétant, dans l’intrigue comme dans les personnages. Pris de tournis par la virtuosité capricieuse de l’auteur, le lecteur ne sait plus à quoi se raccrocher dans « Les lois de la frontière », sixième roman de Javier Cercas, qui marque son retour à la « fiction pure » après son singulier roman-essai, Anatomie d’un instant, prix national de Littérature 2010. « Les lois de la frontière » est une curieuse machine littéraire aux mécanismes presque parfaits pour décrire l’imperfection de la vie. L’intrigue, qu’on peut interpréter de multiples manières, semble secondaire : pendant l’été 1978, à l’époque encore jeune et incertaine du postfranquisme, un charnego de Gérone d’une quinzaine d’années (en Catalogne, un charnego est un immigrant venu d’une autre région d’Espagne), Ignacio Cañas (alias El Gafitas, le Binoclard, qui rappelle un peu le jeune Cercas), fait par hasard la connaissance de deux délinquants de son âge. Ce sont Tere et El Zarco (clin d’œil au ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Les lois de la frontière de Les enfants perdus de la démocratie, Mondadori

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Un tournant introspectif
Bestsellers Un roman monstre
Bestsellers Aux origines de la violence

Dans le magazine
BOOKS n°122

DOSSIER

Faut-il encore faire des enfants ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Bestsellers

Un roman monstre

par Baptiste Touverey

Entretien Henry Mintzberg

« Les systèmes de santé souffrent plus de leur succès que de leur échec »

par Olivier Postel-Vinay

Voir le sommaire