Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

« L’espérance de vie atteindra bientôt 100 ans »

Rien n’indique que l’horloge du vieillissement ait ralenti son mouvement. Mais la mort est repoussée à un âge plus tardif.

Savons-nous exactement pourquoi l’espérance de vie a doublé en moins de deux siècles dans les pays développés ?
Non, pas « exactement ». Nous savons que les progrès de la santé publique et de la médecine, l’accroissement du niveau de vie, les progrès de l’instruction et un comportement plus sain sont autant de facteurs qui ont joué un rôle.

Pensez-vous que la tendance va se poursuivre et que l’espérance de vie va atteindre 100 ans ?
Tout à fait. Rien n’indique que l’augmentation de l’espérance de vie se fasse aujourd’hui à un rythme plus lent ou s’approche d’une limite. La plupart des enfants nés depuis 2000 en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni célébreront leur centième anniversaire (1).

L’allongement de la durée de la vie signifie-t-il que nous vieillissons moins vite ?
Non. Aucun élément ne permet de dire que l’horloge du vieillissement a ralenti son mouvement. Ce qui se passe, c’est que la mort est repoussée à un âge plus tardif. Ou, pour dire les choses autrement, nous vieillissons au même rythme qu’avant mais nous atteignons le grand âge en meilleure santé, ce qui retarde l’échéance fatale.

Savons-nous pourquoi les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes ?
Nous ne le savons pas précisément. Nous connaissons nombre de causes à ce phénomène, certaines biologiques, d’autres sociales, mais leur importance relative reste inconnue (2).

La mortalité croît de façon exponentielle entre 35 et 90 ans, après quoi la croissance de la mortalité ralentit, pour s’arrêter après 110 ans. Comment expliquer ce paradoxe ?

Ce qui est vrai pour une population ne l’est pas pour un individu donné. Pour celui-ci, la mortalité continue de croître de manière exponentielle après 90 ou 110 ans. Mais, si l’on considère la population dans son ensemble, chaque année les personnes les plus fragiles meurent, laissant un groupe de survivants plus robustes. Ces survivants continuent de vieillir. Ce que l’on observe, c’est donc l’équilibre résultant de la mort des premiers et du vieillissement des seconds.

Chez l’homme comme chez les autres mammifères, le vieillissement s’accompagne d’un accroissement de la mortalité et d’un déclin de la fertilité. Est-ce le cas chez toutes les espèces ?

Non. On observe le contraire chez diverses espèces d’oiseaux, de reptiles et de poissons. Nous ne savons pas exactement pourquoi.

Pourquoi certaines espèces, comme les coraux ou les oursins, semblent-elles échapper au vieillissement ?

Parce qu’elles consacrent davantage d’énergie que la plupart des espèces à croître et à se réparer.

Personne n’a vécu plus longtemps que Jeanne Calment (122 ans). Partagez-vous le point de vue des chercheurs pour qui le progrès technique nous permettra de vivre beaucoup plus longtemps ?

Il est probable que quelqu’un, d’ici une ou deux décennies, vivra au-delà de 122 ans. Le record va sans doute continuer à s’élever au cours des prochaines décennies.

Propos recueillis par Books

Notes

1| L’oxydation se réfère aux agressions exercées sur une cellule par des molécules (porteuses d’ions oxygène) qui circulent en permanence dans le corps. Les télomères forment l’extrémité des chromosomes?; ils raccourcissent à chaque division cellulaire et marquent ainsi l’âge de la cellule.


2| Evolutionary Biology of Aging (« Biologie évolutionniste du vieillissement »), Cambridge University Press, 1990. Non traduit.

Pour aller plus loin

Brigitte Dormont, Les Dépenses de santé. Une augmentation salutaire??, Cepremap, 2009. Introduction ?à l’économie d’une société vieillissante.

Caleb E. Finch, The Biology of Human Longevity (« La biologie de la longévité humaine »), Academic Press, 2007. L’une des dernières mises à jour scientifiques sur la biologie de la sénescence.

Stephen Hall, Merchants of Immortality, Chasing the Dream of Human Life Extension (« Marchands d’immortalité. Poursuivre le rêve d’allongement de la vie humaine »), Houghton Mifflin, 2003. Une dénonciation en règle des ?scientifiques entrepreneurs qui font commerce des rêves d’allongement de la durée de la vie.

George Magnus, The Age of Aging. How Demographics Are Changing the Global Economy of our World (« L’ère du vieillissement. Comment la démographie change l’économie de notre monde »), John Wiley & Sons, 2009. L’impact de l’augmentation de la longévité sur l’économie.

James Riley, Rising Life Expectancy. A Global History (« Augmenter l’espérance de vie. Une histoire globale »), Cambridge University Press, 2001. Les causes de l’accroissement de la longévité.

Jean-Marie Robine, Eileen M. Crimmins, Shiro Horiuchi, Yi Zheng, Human Longevity, Individual Life Duration and the Growth of the Oldest-Old Population (« La longévité humaine. La durée de vie individuelle et l’accroissement du quatrième âge »), Springer, 2006. La nouvelle population des très vieux.
LE LIVRE
LE LIVRE

Combien de temps vivons-nous??  de « L’espérance de vie atteindra bientôt 100 ans », Springer

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Les idées préconçues sur le capitalisme
Dossier Et maintenant ? Le débat sur la croissance
Dossier Vaclav Smil, penseur du défi énergétique

Dans le magazine
BOOKS n°107

DOSSIER

Et maintenant ? Le débat sur la croissance

Chemin de traverse

16 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Décroître ?

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Les aborigènes, pionniers de l'agriculture ?

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.