Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Inattendu
Temps de lecture 1 min

L’invention du diable


FN oblige, les mots diabolisation et surtout dédiabolisation ont été fréquemment employés pendant cette campagne présidentielle. Satan n’en demandait pas tant, lui qui perd en influence depuis des siècles. La crainte du diable a en effet atteint son sommet au début de l’époque moderne. Dans sa nouvelle biographie de Belzébuth « Le diable et ses anges », l’éminent historien de philosophie médiévale, Kurt Flasch rappelle que les grandes chasses aux sorcières, ces femmes censées être possédées par le diable, datent des XVIe et XVIIe siècles. Ces traques étaient une autre version des procès en hérésie. L’Eglise leur reprochait en fait moins de vénérer le diable, que de ne pas aimer dieu. Car le diable est une invention totalement chrétienne, souligne Flasch.

Son personnage ne s’impose vraiment que dans le Nouveau Testament. Dans les écrits précédents, il n’est pas réellement présent. Il n’est pas le serpent du péché originel. Il n’est pas l’ « Adversaire » de Job, qui est présenté comme l’un des fils de dieu, un instrument destiné à éprouver Job. Les livres d’Amos et d’Isaïe réfutent totalement son existence. Alors pourquoi prend il tant d’importance par la suite ? Car il est très utile. Selon Flasch, l’élite spirituelle l’emploie dans un but bien précis : discipliner le peuple.

A lire aussi: Quand le diable est-il entré en lui ?, Books, février 2014.

LE LIVRE
LE LIVRE

Le diable et ses anges. La nouvelle biographie de Kurt Flasch, C. H. Beck Verlag, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Inattendu Se reproduire sans sexe
Inattendu États-Unis : les fiascos de l’impeachment
Inattendu Manger un steak, c’est classe

Dans le magazine
BOOKS n°110

DOSSIER

Risques - Comment les hiérarchiser ?

Mot manquant

Basorexia

par Daniel Pennac

Médecine

Coronavirus : comment lire un article scientifique

par Carl Zimmer

Société

Dernier hiver à Benidorm

par Juan José Millás

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.