Quand le diable est-il entré en lui ?

On a beaucoup fantasmé, faute d’archives, sur le moment où Hitler est devenu un monstre. Dès l’enfance, sous les raclées du père ? À l’adolescence, quand il a développé une psyché de génie contrarié ? Dans sa jeunesse à Vienne, lorsque le petit provincial fut perturbé par le cosmopolitisme de la capitale ? Ou déjà dans l’œuf, dans le ventre de sa mère ? C’est l’hypothèse qu’ose Norman Mailer, au risque de conférer à Hitler la grandeur satanique à laquelle il aspirait tant.


Adolf Hitler, 1889/1890, Deutsches Bundesarchiv
Dans sa biographie parallèle des deux bouchers les plus sanguinaires, des pires monstres du XXe siècle, Staline et Hitler (mais Mao n’est-il pas du nombre ? Et Pol Pot ne vaut-il pas un détour ?), l’historien Alan Bullock reproduit côte à côte des photos de classe des jeunes Joseph et Adolf prises respectivement en 1889 et 1899, quand chacun avait environ dix  ans (1). En scrutant ces deux visages, on se surprend à essayer de déceler quelque essence, un halo de noirceur, comme l’annonce cachée des horreurs à venir. Mais les photographies sont anciennes, la définition médiocre, on ne peut être certain, et puis l’appareil photo n’est pas un instrument divinatoire. Le test de la photo de classe – quel sera le destin de ces enfants ? Lequel ira le plus loin ? – a un sens particulier dans les cas de Staline et d’Hitler. Est-il possible que certains d’entre nous soient mauvais dès qu’ils quittent le ventre de leur mère ? Sinon, quand le mal entre-t-il en nous, et comment ? Ou, pour poser la question sous une forme moins métaphysique, comment se fait-il que certains ne développent jamais une conscience morale ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Un château en forêt de Quand le diable est-il entré en lui ?, J'ai lu

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Voltaire contre Leibniz
Dossier Peut-on raison garder ?
Dossier Changement climatique : pas de panique !

Dans le magazine
BOOKS n°113

DOSSIER

L’optimisme est-il un vilain défaut ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Fantasy

par Olivier Postel-Vinay

Courrier

Mille mercis

par Books

Voir le sommaire