L’or vert de la finance islamique

La « guerre contre le terrorisme » décrétée au lendemain du 11 Septembre a eu un effet inattendu sur l’économie mondiale : l’islamophobie ambiante et les mesures de surveillance visant les musulmans titulaires de comptes aux États-Unis et en Europe ont abouti à « un vaste transfert de richesses de l’Occident vers les pays du Golfe », peut-on lire dans la Literary Review à l’occasion de la sortie des « Banquiers du ciel ». Ce transfert provoqua à son tour une expansion de la finance islamique, qui pèse aujourd’hui près de 2 000 milliards de dollars. On ne pouvait rêver meilleur guide que Harris Irfan pour naviguer dans les arcanes de ce monde complexe : diplômé d’Oxford, ce musulman pratiquant a dirigé les opérations de banque islamique à la Deutsche Bank et chez Barclays, avant d’intégrer un établissement spécialisé à Londres. Il en est persuadé : les grands principes de la finance islamique (l’interdiction de l’intérêt, celle de la spéculation et de l’incertitude, l’adossement à des actifs tangibles) sont autant de réponses éthiques et économiquement viables aux dérives du capitalisme financier. L’auteur n’en porte pas moins un regard ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Les banquiers du ciel de L’or vert de la finance islamique, Constable

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Le double mystère de Florès
Périscope L’antiroman de Pasolini
Périscope Une fable africaine

Aussi dans
ce numéro de Books