L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Meilleures ventes d’essais au Royaume-Uni – Petits règlements de comptes entre amis

Un Britannique caustique jette un regard désabusé sur les bestsellers de son pays. Où il est question de chiens, de courses de motos, et de politiciens plus ou moins recommandables.

liste bs gb   Au printemps dernier, la liste de meilleures ventes du Sunday Times comptait un nombre inhabituellement élevé d’essais politiques. En tête, l’ouvrage autobiographique du chef du Parti nationaliste écossais Alex Salmond, « Le rêve ne mourra jamais », dont le titre laisse entendre qu’il se tiendra des référendums en Écosse jusqu’à ce que la population sache enfin répondre à la question de l’indépendance. Après quoi il ne se tiendra plus de référendums du tout. Mes amis écossais sont plutôt effrayés par le sieur Salmond et par ses rêves, qui ont à leurs yeux de fortes chances de se transformer en diktats. Deux autres livres figurant sur la liste sont signés de célèbres hommes politiques. Nous devons « Le facteur Churchill », réflexion sur la manière de gouverner de feu le Premier ministre, au maire [conservateur] de Londres, Boris Johnson. Cet homme répand autour de lui une joie de vivre étonnante et beaucoup espèrent qu
il finira par renverser David Cameron qui, lui, n’a jamais fait la moindre plaisanterie de sa vie. Au moins Boris Johnson serait-il un Premier ministre amusant. Je suis plus dubitatif sur l’intérêt du leadership churchillien : il nous faudrait un véritable ennemi (en dehors de nous-mêmes) pour qu’il nous soit d’une quelconque utilité. De son côté, Alastair Campbell a connu une réussite brillante en tant qu’impitoyable éminence grise de Tony Blair. Ancien journaliste, il était passé maître dans l’art de la désinformation. Je suis sûr que son livre, « Gagnants », sera d’un grand intérêt pour les apparatchiks qui veulent se frayer un chemin jusqu’au sommet, à n’importe quel prix. Ils sont évidemment nombreux. Une liste de bestsellers ne saurait se passer, outre-Manche, de livres sur les divertissements populaires. Il s’agit notamment ici des courses de motos, dont Guy Martin était un champion (Guy Martin: My Autobiography). Lire un livre sur le sujet, c’est un peu jouer avec la mort, désir viscéral chez beaucoup d’êtres humains qui mènent par ailleurs une existence sans aspérités. Dans un autre registre, faut-il s’étonner du succès de Buster, sur les aventures d’un chien détecteur d’explosifs de la Royal Air Force ? Cette alliance du danger et de la sensiblerie est irrésistible. Grand ami de la race canine moi-même, je doute de toute façon qu’un éditeur britannique ait jamais perdu de l’argent en publiant un livre sur ces animaux. Quant à « Quelques raisons de rester en vie », dont l’auteur explique comment il a surmonté sa dépression, il séduit naturellement un marché considérable. Je suis sûr que si quelqu’un s’avisait d’écrire un livre sur l’effet antidépresseur des chiens (beaucoup plus efficaces que la chimie, soit dit en passant), il exploserait en tête du classement ! À vrai dire, l’ouvrage le plus intéressant sur cette liste, et de loin, est « Donc vous avez été humilié en public », de Jon Ronson. Il traite de l’usage des réseaux prétendument sociaux pour humilier, intimider et détruire la vie des gens, phénomène en plein essor. Cela soulève une question intéressante sur la psychologie humaine : toute cette bile existait-elle déjà, n’attendant qu’un moyen de s’exprimer, ou bien les réseaux sociaux l’ont-ils créée ex nihilo ?

SUR LE MÊME THÈME

Bestseller L’incroyable succès d’un plaidoyer pour le bien-être végétal
Bestseller Les meilleurs ventes en Norvège - Télé-réalité et grande histoire
Bestseller Dans le désert

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.