Mourir pour de faux est son business
Temps de lecture 1 min

Mourir pour de faux est son business

Écrit par La rédaction de Books publié le 1 juin 2018

Chalk outline / Ben Smith

L’Ukraine a annoncé avoir mis en scène l’assassinat du journaliste russe Arkady Babtchenko pour déjouer une vraie tentative de meurtre contre lui.

Les fictions sont pleines de personnages faussement morts comme Juliette Capulet dans Roméo et Juliette de Shakespeare et Karol dans Blanc, deuxième volet des « trois couleurs » cinématographiques de Krzysztof Kieślowski. « Aujourd’hui, disparaître semble virtuellement impossible. Voilà pourquoi cela nous fascine tellement », écrit l’essayiste américaine Elizabeth Greenwood dans Playing Dead.

Aux États-Unis, organiser sa propre disparition est parfaitement légal, tant que vous n’essayez pas de vous faire passer pour mort en remplissant des documents officiels. Ce type de fraude est surtout une affaire d’hommes, explique Greenwood. Ceux-ci cherchent ainsi à effacer des problèmes d’argent. Les rares femmes, elles, fuient plutôt des hommes violents.

« Spécialiste » de la fabrication de « pseudocide », (il facture ses services 30 000$ ), Franck Ahearn précise cependant que la meilleure option reste la « simple » disparition. Mettre en scène sa propre mort est bien plus facile à rater. Les candidats sous estiment la difficulté à couper tout contact avec leur ancienne vie. Et même les créateurs des scénarii les plus élaborés tendent à oublier des détails évidents comme des mails compromettant ou des atlas contenant une marque à la page de leur cachette.

Après le 11-Septembre, une personne a tenté de profiter de la catastrophe pour se faire passer pour morte, raconte Greenwood. Steven Chin Leung a pris l’identité de deux frères différents pour obtenir son propre certificat de décès et commencer une nouvelle vie (il avait des problèmes avec les services de l’immigration). Mais son plan n’a pas fonctionné, comme tous ceux dont Greenwood raconte les aventures.

A lire dans Books : La mort en option, novembre 2014.

 

 

0
Commentaire

écrire un commentaire