Olivier Roy : « L’islamisme ne résiste pas à l’épreuve du réel »

C’est le despotisme de la présidence Morsi, et non son idéologie religieuse, que les Égyptiens ont rejeté massivement l’été dernier. Faute d’avoir su devenir comme en Turquie la simple expression d’un conservatisme culturel, l’islamisme est désormais partout sur la défensive. Victime collatérale de cet échec : le mythe de l’« internationale islamiste ».

Olivier Roy est professeur à l’Institut universitaire européen de Florence. Il a écrit de nombreux livres sur l’islam et l’islamisme
L’échec du président Morsi et du gouvernement des Frères musulmans, en juillet dernier, doit-il s’analyser en termes de rejet de l’islamisme par l’opinion égyptienne ? Non, les salafistes, très opposés aux Frères, étaient demandeurs d’encore plus de charia, ce qui ne les a pas empêchés de s’allier aux « libéraux ». Il y a bien un secteur libéral et séculier, qui refuse tout surcroît d’islamisation de la société et qui est violemment opposé aux Frères, mais le clivage n’oppose pas les « laïcs » aux « partisans de la charia », il oppose les Frères d’un côté, très isolés, et une alliance hétéroclite qui va des libéraux aux salafistes. C’est un clivage politique, pas religieux. Quant au général Sissi, il n’est ni libéral ni laïc. Il n’hésitera pas à convoquer l’islam pour légitimer son pouvoir, et les libéraux seront les ...
LE LIVRE
LE LIVRE

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

De la tendresse dans un monde de brutes

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire