Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Pourquoi il faut écouter les Cassandre


Aujourd’hui est qualifié de Cassandre quelqu’un qui s’inquiète trop, un fataliste qui voit tout en noir. On dénonce ces « prophètes de malheur », oubliant que Cassandre avait raison. Dans le mythe grec, même si personne ne l’écoute, Cassandre annonce ce qui adviendra : la chute de Troie. Nous devrions écouter les vraies Cassandre et agir en conséquence, rappellent R.P. Eddy et Richard Clarke, anciens conseillers de la sécurité nationale américaine reconvertis dans le renseignement privé.

Prédire les catastrophes

Dans leur livre Warnings, ils soulignent que nombre de catastrophes majeures, de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima à l’attaque sur Pearl Harbor, avaient été prédites par des gens compétents dont les avertissements ont été ignorés. Ils utilisent ces précédents pour construire un indicateur permettant de distinguer les prédictions des vraies Cassandre des fausses alertes des semeurs de chaos. « Le coefficient Cassandre a quatre composantes : (1) l’avertissement, la menace ou le risque en question, (2) le décideur ou le public qui devra agir, (3) l’indicateur ou le Cassandre potentiel, et (4) les critiques qui dénigrent ou rejettent cette mise en garde. »

Chacune est susceptible d’être affectée par de multiples facteurs, de « la réticence scientifique » (la réserve face à l’absence de données factuelles) au « décalage de complexité » (l’incapacité des décideurs à s’en remettre à des spécialistes dont ils ne peuvent pas juger les compétences). Ils notent ainsi que les alertes du sismologue Yukinobu Okamura ont été, entre autres, victimes du « syndrome d’occurrence initiale ». Selon eux, c’est justement parce que ce spécialiste prédisait un événement qui ne s’était pas produit depuis au moins 1000 ans, un tsunami de grande ampleur sur la côte de Fukushima, que l’agence japonaise de sécurité du nucléaire aurait vraiment dû le prendre au sérieux.

Connaître les bons analystes

Eddy et Clarke donnent la parole à certains analystes des risques qu’ils estiment fiables. Parmi eux, le virologue Robert G. Webster et la journaliste scientifique Laurie Garrett, qui déjà en 2017, préconisaient de se prémunir contre une pandémie mondiale. Leur conseil : consolider le système public de santé. Mais « personne ne veut entendre ça, regrette Garrett. Ce n’est pas sexy. »

À lire aussi dans Books : La prochaine pandémie, juillet-août 2020.

LE LIVRE
LE LIVRE

Warnings: Finding Cassandras to Stop Catastrophes de Richard Clarke, Ecco, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Le livre Les petites annonces, miroir de la société
Le livre La politique du masque
Le livre La santé des masses, une vieille histoire

Dans le magazine
BOOKS n°109

DOSSIER

SOS biodiversité

Mot manquant

Colaborador

par Daniel Pennac

Esprit critique

La prochaine pandémie

par Olivier Postel-Vinay

Sciences

Le souvenir que la Terre gardera de nous

par Lucy Jakub

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.