L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Inattendu
Temps de lecture 1 min

Le psychopathe, c’est moi !


Hannibal © NBC

Un chef d’entreprise sur cinq serait psychopathe, selon une étude présentée la semaine dernière au Congrès annuel de la société australienne de psychologie. Soit la même proportion qu’au sein de la population carcérale. Les psychopathes présentent des troubles asociaux, sont égocentriques, dépourvus de morale et manipulateurs. Mais ils ne sont pas tous meurtriers. L’Américain James Fallon, neuroscientifique, entrepreneur et conseiller auprès du Département de la Défense, s’est ainsi autodiagnostiqué psychopathe, comme il le raconte dans The Psychopath Inside. C’est par hasard, en comparant des scanners de son cerveau (sans savoir qu’il s’agissait du sien) à ceux de psychopathes avérés, qu’il a découvert… les mêmes traits. La suite de ses recherches lui a appris qu’il possédait toutes les caractéristiques génétiques liées aux propensions à l’agressivité, à la violence et au manque d’empathie. Une enquête généalogique a également révélé l’existence de sept meurtriers parmi ses ancêtres.

S’il a d’abord eu du mal à accepter le diagnostic, James Fallon s’est vite rendu à l’évidence : il se reconnaît assoiffé  de pouvoir, manipulateur et imperméable aux sentiments de ses proches (y compris sa femme et ses enfants). Mais le chercheur a eu plus de mal à renoncer au déterminisme génétique dont il se réclamait : si les gènes sont tout puissants, il aurait dû faire une carrière de meurtrier. Il met cet échec à la biologie au crédit de sa mère, dont l’attention et l’amour auraient permis de domestiquer sa nature. Fallon appartient à la catégorie que lui et d’autres appellent les « psychopathes pro-sociaux », dont l’agressivité est sublimée, par exemple dans la compétition intellectuelle. Pour le reste, les psychopathes ont des raisons d’aimer leur condition, assure-t-il. « Ils peuvent travailler très vite et ont un QI apparent plus élevé qu’il ne l’est réellement, car ils ne sont pas inhibés par des questions morales », explique-t-il. Fallon essaie aujourd’hui de se montrer plus empathique envers les siens, pas par gentillesse, mais simplement par fierté et désir de prouver qu’il peut se rendre maître de lui-même.

LE LIVRE
LE LIVRE

The Psychopath Inside: A Neuroscientist’s Personal Journey into the Dark Side of the Brain de James Fallon, Current, 2013

SUR LE MÊME THÈME

Inattendu États-Unis : les fiascos de l’impeachment
Inattendu Manger un steak, c’est classe
Inattendu L’alliance de l’artiste, du chimiste et du hasard

Dans le magazine
BOOKS n°101

DOSSIER

Les surprises de l'hérédité

En librairie

Accusé Chaïm, levez-vous !

Extraits - Non fiction

Aux sources du wahhabisme

par Malise Ruthven

Bestsellers

Famille de dépressifs

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.