Rata pour tous
Temps de lecture 1 min

Rata pour tous

Écrit par La rédaction de Books publié le 28 septembre 2018

Ration D, barre de chocolat, US Army

Après des années de recherche, la pizza prend place dans les rations de combats de l’armée américaine. Reste à parier sur le temps qu’il faudra à cette version capable de rester comestible après des années de stockage par des températures extrêmes pour atteindre les rayons de nos supermarchés. Une grande partie de la nourriture industrielle est déjà plus ou moins directement le fruit de la recherche militaire : les pâtisseries de longue conservation, les jus de fruits en brique, les crackers et autres préparations à la poudre de fromage, la charcuterie reconstituée, les barres énergétiques…. Dans Combat-Ready Kitchen, la journaliste culinaire Anastacia Marx de Salcedo estime que c’est le cas de 50 % des aliments présents dans les supermarchés. Les inventions de l’armée ont transformé notre conception même de ce qui se mange et de ce qu’est un repas. Les produits hypercaloriques, chargés d’exhausteurs de goûts, de sucre, de sel et parfois de conservateurs sont adaptés à la consommation des soldats sur le terrain pour des périodes de temps définies. Il leur faut des repas nourrissants et suffisamment goûteux pour ne pas affecter leur moral.  Mais ce régime est loin d’être inoffensif pour un consommateur lambda sédentaire.

Exemple, les barres énergétiques, aujourd’hui relativement courantes. A la fin du XIXe siècle, l’armée américaine a tenté de nourrir ses troupes avec du « pemmican », un aliment amérindien riche et facile à transporter, à base de viande hachée, de maïs et de graisse animale. Mais le goût est si infect que les soldats mendient de la nourriture. A l’approche de la Première Guerre mondiale, les militaires voient dans le chocolat un bon produit de substitution. Mais il a deux problèmes : il fond, et s’il est trop bon les soldats vont gaspiller leurs rations. En 1937, l’armée trouve une entreprise « assez téméraire pour essayer de rendre moins plaisant l’aliment le plus tentant ». Hershey remporte le marché. Sa barre de chocolat devient un incontournable du menu des soldats, et dans sa version plus savoureuse a envahi les supermarchés.

A lire aussi dans Books : « Encore une bouchée, monsieur le bourreau ! », novembre 2014.

0
Commentaire

écrire un commentaire