Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Réutilisez, recyclez

En 1646, en pleine guerre civile, les troupes d’Oliver Cromwell saccagent la cathédrale de Winchester et pillent tous ses précieux manuscrits pour les transformer… en cerfs-volants. Quoi de plus brutal que de faire des trésors de l’ennemi son jouet ?

Ces cerfs-volants font partie des nombreux « artefacts merveilleusement bizarres » « sauvés de la décharge » par l’historienne Emily Cockayne pour « traquer les habitudes changeantes de la Grande-Bretagne en matière de consommation et de recyclage », souligne Caroline Crampton dans The Spectator.

Au fil des pages de Rummage, le lecteur croise ainsi un piano-forte en papier mâché, du sucre blanchi au charbon animal et une autoroute dont le revêtement est composé de deux millions d’exemplaires invendus de romans à l’eau de rose de la maison d’édition Mills & Boon. Cockayne exhume également les broadside ballads, ces poèmes imprimés sur des feuilles volantes extrêmement populaires en Angleterre entre le XVIe et le XIXe siècles. À peine un sur 10 000 sont parvenus jusqu’à nous tant était grande l’habitude de réutiliser le papier : le meilleur servait d’emballage alimentaire, le reste de papier toilette.

Mais « il n’y a, selon Cockayne, « pas de progrès linéaire », pas d’âge d’or où tout le monde triait automatiquement les déchets de la maisonnée et passait sa soirée à transformer les épées en socs de charrue parce que c’était la bonne chose à faire », relève Kathryn Hughes dans The Guardian. Dans l’Angleterre d’Henri VIII, qui se voulait celle de la surabondance, jeter était même un devoir civique. Il était alors de bon ton lors des fêtes de faire couler le vin dans les caniveaux.

Le réemploi, le recyclage, la frugalité ont toujours eu des sens différents en fonction du contexte, rappelle Cockayne. Et « même en temps de guerre, les campagnes de récupération ne fonctionnaient vraiment bien que si elles possédaient un aspect nouveau ou compétitif, comme lorsque les dames de Kensington ont lancé un appel pour faire de la laine à partir de poils de chien pendant la Première Guerre mondiale », note Lucy Knight dans The Sunday Times. 

À lire aussi dans Books : L’océan plastifié, juillet-août 2016.  

LE LIVRE
LE LIVRE

Rummage: A History of the Things We Have Reused, Recycled and Refused to Let Go de Emily Cockayne, Profile Books, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Étranges Occidentaux
Ce que le gothique doit aux Arabes
Dans la cuisine des Churchill

Dans le magazine
BOOKS n°110

DOSSIER

Risques - Comment les hiérarchiser ?

Chemin de traverse

12 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Les cavaliers de M. Guterres

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Disparues de Buenos Aires

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.