Souleymane Bachir Diagne, l’islam et la société ouverte

Après la mort d’Averroès, on assiste à une sorte de pétrification de la philosophie islamique. II faut attendre le XIXe siècle, avec des figures comme Al-Afghani et Muhammad Iqbal, pour voir renaître une aspiration à la pensée critique.


© Nina Westervelt/The New York Times/Réa

Souleymane Bachir Diagne : « Notre histoire philosophique est faite de penseurs chrétiens latins en conversation avec des penseurs juifs, une chrétienté grecque et des philosophes arabo-musulmans. »

Souleymane Bachir Diagne est un philosophe sénégalais. Il enseigne à l’université Columbia de New York. Il a aussi publié 100 mots pour dire l’islam (Maisonneuve et Larose, 2002), Ma vie en islam (Philippe Rey, 2016) et, tout récemment, Léopold Sédar Senghor, l’art africain comme philosophie (Riveneuve, 2019), ainsi qu’un livre d’échanges avec Jean-Loup Amselle, En quête d’Afrique(s). Universalisme et pensée décoloniale (Albin Michel, 2018).   Une amie me disait récemment : « Cite-moi un seul penseur ­musulman qui illustre le bon usage de l’esprit critique. » Que vous inspire ce genre de remarque ? Elle n’est que trop fréquente. Comme l’écrit le philosophe médiéviste Alain de Libéra, elle illustre « la méconnaissance du rôle joué par les penseurs d’islam dans l’histoire de la philosophie ». Ignorance qui, ajoute-t-il, « fournit […] un puissant instrument rhétorique aux tenants d’...
LE LIVRE
LE LIVRE

Comment philosopher en islam de Souleymane Bachir Diagne, Philippe Rey/Jimsaan, 2014

SUR LE MÊME THÈME

Religion Dans les pas de l’insatiable Égérie
Religion À Vetka, les ombres des vieux-croyants d’antan
Religion Mgr Corneille : « Le Kremlin a enfin cessé de persécuter les vieux-croyants »

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

De la tendresse dans un monde de brutes

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire