Stupides, ces Nobel

On demanda un jour à Enrico Fermi, Nobel de physique 1938, de nommer des caractéristiques communes aux lauréats du Nobel. Il aurait répondu : « Je n’en vois aucune. Pas même l’intelligence. » La boutade est peut-être apocryphe, mais illustre un phénomène digne d’intérêt. C’est que l’on peut avoir fait preuve d’une intelligence supérieure, voire d’une forme de génie, dans un domaine particulier, et par ailleurs se mettre à déraper sérieusement. L’Allemand Philipp Lenard, Nobel de physique, dénonça ardemment dans les années 1930 la « physique juive » et la « fraude juive » que représentait à ses yeux la théorie de la relativité d’Einstein. Francis Crick, codécouvreur de l’ADN, suggéra en 1988 que l’on autorise l’expérimentation sur les prisonniers ; en outre, il n’écartait pas l’hypothèse que la vie ait pu être apportée sur Terre par des extraterrestres. Le physicien Fred Hoyle, codécouvreur de la nucléosynthèse, soutenait qu’une épidémie de grippe peut être due à l’arrivée de nouveaux virus en provenance de l’espace. Kary Mullis, Nobel de chimie 1993, explique dans son autobiographie pourquoi il croit à l’astrologie et dit avoir rencontré un extraterrestre. Brian Josephson, Nobel de physique 1973, a consacré une partie de sa carrière à défendre la télépathie. Dans l’histoire de ces dérapages, l’un des faits les plus marquants est la répétition d’une obsession sur la question de l’intelligence. Le Français Alexis Carrel, Nobel de médecine, défendait dans les années 1930 l’idée d’une « aristocratie biologique héréditaire » et proposait de « remplacer les classes sociales par des classes biologiques ». William Shockley, Nobel de physique et co-inventeur du transistor, préconisa en 1982 devant le Sénat américain la stérilisation des gens dont le QI est inférieur à 100. James Watson, codécouvreur de l’ADN avec Crick, déclara en 2003 que la bêtise est une maladie génétique, justifiant d’être traitée à l’avenir par la thérapie génique. Serge Gainsbourg l’avait constaté : « Le génie ça démarre tôt, mais y a des fois ça rend marteau. »  

SUR LE MÊME THÈME

Edito Soigner mes traumas
Edito À propos de Books
Edito D’une guerre froide à l’autre

Aussi dans
ce numéro de Books