Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Les super-riches aiment, aussi, leur pays

Le monde serait dirigé par une caste de super-riches pour qui les frontières ne signifierait plus rien, une classe « hors-sol », entend-on parfois, et qui serait largement homogène. Cette idée fort répandue est un mythe. Le sociologue Michael Hartmann a enquêté vingt ans sur les plus grosses entreprises du monde, il a ausculté les biographies des personnes les plus riches. Il en tire quelques faits, réunis dans « L’élite économique mondialisée. Une légende », qui vont à l’encontre de bien des idées reçues. Par exemple : 90 % des super-riches vivent encore dans leur pays d’origine.

Et ce groupe est loin, très loin, de partager un même mode de vie. Les milliardaires français, par exemple, aiment écrire, les Britanniques jardinent. Quant aux Allemands, longtemps il a été de bon goût parmi eux de savoir jouer d’un instrument de musique… La conclusion d’Hartmann, comme il l’explique dans un entretien à Die Zeit, ce n’est pas que le monde est moins injuste qu’on ne le croyait. C’est que les élites restent organisées au niveau national et qu’on peut donc exiger d’elles des impôts plus élevés sans risquer de les voir partir à l’étranger. Cette menace n’est que du bluff.

 

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs » directement dans votre boîte email. Inscrivez-vous gratuitement.

LE LIVRE
LE LIVRE

Die globale Wirtschaftselite. Eine Legende de Michael Hartmann, Campus Verlag, 2016

SUR LE MÊME THÈME

Pour l’amour des nécrologies
Hollywood plutôt que Godard
Peut-on simuler la folie ?

Dans le magazine
BOOKS n°102

DOSSIER

Vieillir... mais comment et jusqu'où ?

Jadis & naguère

Portrait du tyran en enfant malheureux

par Jean-Louis de Montesquiou

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Histoire

Les États-Unis doivent leur naissance au rhum

par Wolfgang Lechner

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.