Thaïlande – Sacrée famille royale

Thaïlande – Sacrée famille royale

Publié dans le magazine Books, juin 2009.
Le 31 août 2008, l’Australien Harry Nicolaides, ancien concierge du Rydges Hotel de Bangkok devenu journaliste et écrivain à ses heures, est arrêté à l’aéroport de la capitale thaïlandaise pour crime de lèse-majesté. En janvier dernier, la justice du royaume de Bhumibol Adulyadej l’a condamné à trois ans de prison pour avoir « insulté la monarchie » dans Verisimilitude, son second ouvrage, publié à compte d’auteur et tiré à cinquante exemplaires en 2005. « Rares sont les romans ayant si peu de succès – tout juste sept exemplaires vendus ! – qui ont causé tant de problèmes à leur auteur, rapporte, amer, le journaliste australien Thornton McCamish dans le quotidien The Age. L’offense supposée concernerait trois phrases du livre faisant référence à des rumeurs concernant la tumultueuse vie amoureuse d’un prince dont le narrateur ne donne pas le nom. » L’écrivain australien avait pourtant plaidé coupable et présenté des excuses publiques à la famille royale et au peuple thaï pour « des mots malencontreusement choisis ». Mais Harry Nicolaides n’est pas le seul à subir la rudesse de la loi thaïlandaise. « En janvier dernier, précise l’hebdomadaire londonien The Economist, l’universitaire Giles Ungpakorn, auteur d’un livre sur le coup d’État de 2006 qui avait renversé le Premier ministre Thaksin Shinawatra [en délicatesse avec le Palais royal], était lui aussi mis en accusation pour diffamation à l’encontre de la monarchie. Ces derniers mois, plusieurs sites Internet ont été censurés et des blogueurs arrêtés pour crime de lèse-majesté. » Car, depuis les imposantes…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire