Vers un « État criminel de substitution »
par Marco Appel

Vers un « État criminel de substitution »

Les cartels contrôlent 30 % du territoire mexicain, lèvent des impôts et remplissent de nombreuses fonctions à la place des pouvoirs publics. Allons-nous assister à l’implosion de l’État ?

Publié dans le magazine Books, septembre 2012. Par Marco Appel
La puissance des cartels mexicains est aujourd’hui telle qu’on les considère engagés dans une véritable « insurrection criminelle », pour le contrôle de l’économie illicite et la domination politique du pays. Les organisations se sont emparées de fonctions traditionnelles de l’État et ont réussi à établir une « souveraineté parallèle » dans des « enclaves criminelles » de plusieurs régions du Mexique. Dans le jargon universitaire, on les appelle « zones sans loi », « espaces sans gouvernement » ou « zones d’impunité ». Là, les bandes criminelles ont imposé des « pratiques politiques de type néoféodal », telles que la collecte d’impôts ou la mise en place d’aides sociales. Elles ont en outre adopté une dynamique de puissance comparable à celle des guérillas, pariant sur une expansion géographique qui pose un important problème de sécurité nationale à l’ensemble des pays d’Amérique centrale. Tel est le diagnostic que formule l’expert John P. Sullivan. Il n’est pas le seul. Le 15 avril dernier, lors du sixième Sommet des Amériques, en Colombie, Felipe Calderón admettait en privé auprès de son homologue péruvien, Ollanta Humala, que les narcos avaient supplanté l’État dans certaines parties du territoire. Lors d’une conférence de presse, Humala déclarait : « Le commerce illégal de la drogue et autres activités économiques illicites se développent et des chefs d’État ont signalé que le trafic, dans certains endroits, est déjà en train de s’emparer des fonctions de l’État, par exemple en matière de fiscalité, ainsi que l’a dit le président du Mexique. » Le chef de l’État péruvien a expliqué que les narcos « prélèvent un impôt de guerre, dans différentes régions d’Amérique latine, sur les petites et moyennes entreprises, mais aussi sur les clients qui viennent d’acheter une voiture, comme cela se produit dans le nord du Mexique ». Sullivan est un expert reconnu de longue date en matière de sécurité publique, de terrorisme et de criminalité. « Près de la moitié des municipalités mexicaines sont sous l’influence du crime organisé et 60 % à 65 % d’entre elles sont affectées par les cartels de la drogue », lit-on dans son rapport. Les narcos ont infiltré 1 500 villes qu’ils utilisent comme base pour kidnapper, racketter et voler des véhicules. […] » Conséquence probable de cette emprise : « En 2009, on recensait 980 “zones d’impunité” où les bandes criminelles ont plus de pouvoir que l’État mexicain. » Dans ces territoires, nous assistons de toute évidence à une « reconfiguration cooptée de l’État » [lire l’encadré ci-dessous], hors de tout contrôle de l’État central. La transformation des cartels mexicains de la drogue en « insurrections criminelles » représente une forme inédite de contestation de l’État, différant aussi bien du terrorisme que de la rébellion classique. « Leur unique motivation est de conquérir l’autonomie et le contrôle économique du territoire. » Selon Sullivan, « des villes comme Ciudad Juárez, mais aussi des pans entiers de certains États, comme le Michoacán, sont d’ores et déjà en état de siège. Les cartels et autres gangs dominent ces zones par un mélange complexe de violence à impact symbolique, d’attaques contre la police, de corruption, et en entretenant l’illusion qu’ils sont les protecteurs de la communauté ». L’État nominal n’étant jamais complètement supplanté, l’objectif des narcos est de mettre en place un « État parallèle ». Le Mexique n’en est « pas encore » au stade où les autorités sont totalement incapables de s’opposer au pouvoir du narcotrafic, mais les cartels mexicains ont déjà toutes…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire