Sélection naturelle accélérée dans nos villes

L’évolution par sélection naturelle est un processus lent et graduel, pensait Darwin. Or, en milieu urbain, animaux et plantes s’adaptent à un rythme ahurissant. En témoignent les cas du moustique du métro de Londres, du lynx de Los Angeles ou de la crépide de Montpellier.


© United Kingdom Government

En 1940, les Londoniens réfugiés dans le métro ont échappé aux bombardements allemands, mais pas aux piqûres de Culex molestus, un moustique qui se nourrit quasi exclusivement de sang humain.

En 1965, le grand écologue britannique G. Evelyn Hutchinson, alors professeur de zoologie à l’université Yale, publiait un petit ouvrage intéressant, dont le titre est un bon point de départ pour comprendre la dynamique de la vie sur Terre – la vie dans le milieu naturel, à la campagne, en ville. Hutchinson l’avait appelé « Le théâtre écologique et la pièce de l’évolution » (1). Ce titre visait à distinguer l’environnement des processus, et les interactions immédiates des tendances à long terme. Un écosystème intègre bien sûr aussi des processus : la photosynthèse, l’herbivorisme, la prédation, la compétition… Quand les êtres vivants jouent ces rôles écologiques, ils interagissent, ils luttent pour leur survie, ils s’emploient à se reproduire, ils réussissent ou ils échouent, et l’évolution est le résultat global de ces enjeux, le grand arc narratif qui s’infléchit extraordinairement au fil du temps. L’évolution sous l’effet de la sélection naturelle se produit « avec une extrême lenteur », n’ont cessé de penser les darwiniens depuis que Darwin a énoncé cette idée dans L’Origine des ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Darwin Comes to Town: How the Urban Jungle Drives Evolution de Menno Schilthuizen, Quercus, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Biologie Voyons ce que vous avez dans le ventre !
Biologie Mélodie fongique en sous-sol
Biologie Qu’est-ce qu’un arbre ?

Aussi dans
ce numéro de Books