Le palais fissuré des Saoud
par Hugh Eakin

Le palais fissuré des Saoud

On imagine les Saoudiens asservis à une bande de gérontes rétrogrades et corrompus. On se trompe. À grand renfort de pétrodollars et moyennant de petits arrangements avec le rigorisme, la famille royale a su faire accepter le projet de modernisation conservatrice qui fonde son pouvoir. Mais ce pacte résistera-t-il à la montée des problèmes sociaux dans un pays jeune, instruit, dont la colère éclate sur Internet ?

21323-84ccaa Publié dans le magazine Books, mai 2013. Par Hugh Eakin
Le 25 septembre 2011, le vieillissant roi Abdallah prononçait devant le Majlis al-Choura, le conseil consultatif du royaume saoudien, un discours marquant. À partir de 2013, a-t-il alors déclaré, les femmes auront le droit de siéger parmi les 150 membres de l’institution (1) ; et à partir de 2015, elles auront aussi celui de voter et de se présenter aux élections municipales. Aux yeux de la plupart des observateurs étrangers, ces aménagements ne méritaient guère l’attention. 2011, c’était l’année où des révoltes populaires renversaient les autocrates dans l’ensemble du Moyen-Orient ; même des monarchies comme le Maroc et la Jordanie réformaient leur Constitution pour afficher leur volonté de rendre davantage de comptes. Le roi Abdallah, lui, ne concédait aucun pouvoir nouveau au Majlis al-Choura, institution non élue dotée d’une simple autorité consultative, et les Saoudiens n’avaient jamais porté un immense intérêt aux conseils municipaux, organes à caractère essentiellement symbolique dont seule la moitié des membres sont élus. Et puis, ces innovations, aussi modestes fussent-elles, ne seraient pas mises en œuvre immédiatement : tenues quelques jours après le discours, les municipales de 2011 furent, comme par le passé, uniquement ouvertes aux hommes. Pourtant, dans un pays qui a le Coran pour loi fondamentale, où les femmes n’ont quasiment pas de droits, a fortiori pas celui de voter, bien des gens ont été frappés par le caractère révolutionnaire des propos du roi. Les progressistes et les militantes de la cause des femmes ont qualifié la décision d’« historique », attestant une fois de plus que leur monarque…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
1
Commentaire

écrire un commentaire

  1. adolphe dit :

    le palais fissure des saoud de hugh eakin existe t il en langue française
    Merci de votre reponse
    Cordialement
    C.A

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.