La Namibie a-t-elle été le laboratoire de la Shoah ?
par Bartholomäus Grill

La Namibie a-t-elle été le laboratoire de la Shoah ?

Le gouvernement de Berlin ne rechigne plus à qualifier de « génocide » les massacres commis contre le peuple herero par les troupes de Guillaume II au tout début du XXe siècle. Les descendants des colons allemands, eux, nient farouchement cette thèse. Avec, parfois, des arguments dignes d’intérêt.

 

Publié dans le magazine Books, mai / juin 2017. Par Bartholomäus Grill

© Ullstein bild / Getty

Au début de l'année 1904, les Hereros se soulèvent contre le colonisateur allemand. L'insurrection est durement réprimée et les prisonniers sont parqués dans des camps de concentration.

Était-ce un génocide ? « Pas du tout ! rétorque Hinrich Schneider-­Waterberg. La puissance coloniale allemande n’avait pas le projet d’exterminer le peuple herero. » Le vieil homme est assis sous la véranda de sa ferme, dans le nord de la Namibie, et contemple l’imposant massif rocheux qui a donné son nom à sa famille : le Waterberg, « la montagne de l’eau ». Les parois à pic rougeoient dans la lumière du matin. À leur pied, des plaines à perte de vue. « C’est une terre marquée par l’histoire. C’est ici qu’en 1904 a commencé ce qui a prétendument débouché sur un génocide », explique Schneider-Waterberg en se rendant, appuyé sur une canne, dans sa bibliothèque. Aux murs, une trentaine de vieilles cartes du pays, partout des piles de papiers, des documents, des livres d’histoire – rien que sa collection concernant la Namibie comporte plus d’un millier d’ouvrages. C’est ici qu'il s’est plongé dans l’histoire de son pays, c’est ici que se trouvent les sources de son livre controversé Der Wahrheit eine Gasse, une tentative de réfuter la thèse d’un génocide allemand. Ancien agriculteur, longtemps homme politique et historien à ses heures perdues, Hinrich Schneider-Waterberg est un sympathique monsieur de 84 ans. Le crépuscule de sa vie, il le passe dans sa ferme au nom sonore d’Okosongo­mingo, « le lieu du jeune troupeau » dans la langue des Hereros. Il a consacré deux décennies à corriger ce qu’il considère comme une manière tendancieuse et fausse d’écrire l’histoire de la guerre de 1904-1907 contre les Hereros, mais il a parfois le…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.