Wolfgang Streeck : « Marx n’avait pas prévu Keynes »
par Baptiste Touverey

Wolfgang Streeck : « Marx n’avait pas prévu Keynes »

Le capitalisme bénéficie-t-il vraiment à tous ou seulement à la classe des possédants ? La question soulevée par Marx se pose avec une acuité renouvelée aujourd’hui, mais dans un contexte différent. Après la parenthèse de l’État-providence, nous assistons depuis les années 1970 à une révolte du capital, que la mondialisation favorise.

 

Publié dans le magazine Books, janvier / février 2017. Par Baptiste Touverey

©Ralph Morse/The Life Picture Collection/Getty

Sortie d'usine en 1947. Au lendemain de la guerre, la classe capitaliste discréditée a dû négocier un nouveau contrat avec les forces de travail. Celui-là même qu'elle défait depuis quarante ans.

Que pouvons-nous encore ­apprendre de Karl Marx ? D’abord que notre société est une société historique, qui s’inscrit dans un flux d’événements. Et ­ensuite que ce flux d’événements ­s’ordonne de façon structurelle, que l’évolution de la société obéit donc à une logique qu’il nous faut comprendre pour pouvoir inter­préter ce qui se passe. Cette logique est difficile à reconstruire, mais elle dyna­mise de façon extra­ordinaire la théorie et l’expérience historique.   Vous admettrez que le capitalisme actuel est très différent du capitalisme au temps de Marx ? Je ne le dirais pas de façon aussi catégorique. Pour Marx, le capitalisme est la forme prise par la société moderne, dont le développement repose sur ­l’accumulation infinie de capital dans le secteur privé. Il est lié à une idéologie du ­progrès qui remonte au XVIIIe siècle et à la conviction, formulée par Adam Smith, que ce processus profite non seulement aux détendeurs de capitaux, mais à la société dans son ensemble, par la vertu intrinsèque du marché. La logique fondamentale de l’accu­mulation, de même que son corol­laire, l’illusion qui la rend possible, la « main invisible », restent parfaitement valables aujourd’hui ! Et la question que Marx a posée au capitalisme – « Ce système bénéficie-t-il vraiment à tous, ou seulement à la classe des possédants ? » – n’a jamais cessé de se poser.   Mais on ne peut tout de même pas dire que l’histoire ait confirmé les prédictions marxistes : la mort annoncée du capitalisme n’a pas eu lieu. Il s’est produit en effet quelque chose que Marx n’avait…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

Inscrivez-vous à la Booksletter !
La newsletter gratuite où les livres interpellent l'actualité.