« Nous vivrons tous un jour à Kochland »

Charles Koch a bâti son empire industriel et sa fortune dans la plus grande discrétion. Une enquête sur ce milliardaire libertarien révèle ses puissants leviers d’influence.

Que sait-on du groupe Koch Industries ? En France, presque rien. Aux États-Unis, étonnamment, pas beaucoup plus. Car cette entreprise fami­liale non ­cotée en Bourse prospère en toute discrétion, et son PDG, Charles Koch, aujour­d’hui octogénaire, se tient éloigné des feux des projecteurs. La société pétrolière cofondée en 1940 par son père, Fred Koch, à Wichita, au Kansas, est pourtant devenue au fil des décennies un mastodonte, un conglomérat tentaculaire, rappelle The New York Times. Des énergies fossiles à la chimie en passant par les ­engrais et les pesticides, le textile, la papeterie et le négoce, « Koch Industries s’est infiltré dans tous les aspects de la vie quotidienne, engrangeant des milliards de dollars », et gagnant au passage auprès de ses détracteurs le ­surnom de « ­Kochtopus », la pieuvre Koch. Pour écrire Kochland, le journaliste économique Christopher Leonard a passé près de dix ans à se documenter et à interviewer des connaisseurs de la maison – les dirigeants de Koch Industries ne se sont pas montrés très coopératifs, même si le PDG a daigné lui accorder un entretien. Leonard raconte ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Kochland: The Secret History of Koch Industries and Corporate Power in America de Christopher Leonard, Simon & Schuster, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers À la source du rayonnement de Hawking
Bestsellers Après la défaite, la quête de sens
Bestsellers Un pays pas si gay

Aussi dans
ce numéro de Books