Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

1933, rue Ivansk

La plupart des personnages de Good Citizens Need Not Fear, le premier recueil de nouvelles de la Canadienne Maria Reva, vivent au « 1933, rue Ivansk, Kirovka, Ukraine, URSS, planète Terre ». Dans cette tour – qui, bizar­rement, ne figure pas sur le cadastre – ­habitent notamment une veuve agoraphobe qui presse des disques vinyles pirates sur de vieilles radiographies, un poète devenu le gardien de ­reliques prétendument saintes, un couple de fourreuses… Certains récits se déroulent dans les années qui précèdent l’effondrement de l’Union soviétique, d’autres juste après.

Mais Maria Reva ne propose pas « la typique version occidentalisée de la vie dans l’ex-URSS, à s­avoir un cocktail de corruption et de bureaucratie kafkaïenne agrémenté d’une pincée de police politique », apprécie la critique Anne Thériault dans le magazine littéraire Quill & Quire. ­« Le monde que crée Reva passe, sans à-coups, du surréel à l’absurde et au réalisme grinçant », ajoute la revue américaine Kirkus Reviews.

Tout l’humour noir que déploie l’auteure, née en Ukraine, tend vers la satire d’un système et d’une époque. Il lui permet ­aussi de dénoncer l’effacement de la culture ukrainienne « qu’on remarque au grand nombre de personnages qui parlent russe ou portent des noms russes », souligne le professeur de littérature Allan Hepburn dans la Literary Review of Canada.

LE LIVRE
LE LIVRE

Good Citizens Need Not Fear de Maria Reva, Doubleday, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Fauchés et inconnus
Périscope Mères jalouses
Périscope Le sexe faible, vraiment ?

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.