Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour préserver l’indépendance de Books !

A nous la libre taie…

« Je suis l’expulsé des vieilles Pagodes
 Ayant un peu ri pendant le Mystère;
 Les Anciens ont dit : il fallait se taire
 Quand nous récitions, solennels, nos odes ».

Ces vers de Charles Cros nous poursuivent tout au long de la lecture des étonnants Mémoires de Louise Brooks, une des rares comédiennes qui a su dire « non » aux «diktats » hollywoodiens. A travers ses textes on découvre, non seulement une révoltée digne des meilleurs récits de cette autre rebelle que fut Ayn Rand (dont le très politiquement incorrect roman Atlas Shrugged n’a pas été réimprimé en France depuis déjà un demi siècle), mais aussi, un être capable de raconter avec une superbe impudeur ses débuts peu connus dans une carrière fertile, dont une majorité de cinéphiles ne connaissent que  LoulouLe Journal d’une Fille Perdue de G.W. Pabst, ou le film d’Auguste Genina Prix de Beauté.  Ses portraits iconoclastes d’Humphrey Bogart; féroces, du  couple William Hearst-Marion Davies; attendris, de Lillian Gish et de Greta Garbo, deux autres « rebelles » en lutte contre le système, sont remarquables. Il fallait beaucoup de courage et de lucidité pour ne pas succomber au chant des sirènes de la plus puissante des industries cinématographiques et refuser les propositions de mauvais films, en répondant : «Je préférerais ne pas le faire », tel le héros de la nouvelle de Melville Bartleby, écrivain. Cette intransigeance, Louise Brooks la paya durement : « Telle je suis restée, quêtant sans relâche l’authentique et la perfection, impitoyable envers le faux, généralement exécrée sauf par ceux, rares, qui ont surmonté leur horreur de la vérité afin de laisser libre cours au meilleur d’eux-mêmes ».Seuls sont les indomptés.
                                    
                        
Loulou à Hollywood, Mémoires de Louise Brooks. Editions Tallandier.
– Un coffret DVD avec les films de Louise Brooks a été édité chez Carlotta Films.
Le Rebelle (1948), film de King Vidor adapté du roman d’Ayn Rand La Source Vive, (Editions Plon) avec Gary Cooper dans le rôle principal, vient également de sortir en DVD.
– La seule traduction française de Atlas Shrugged (« Atlas haussa les épaules ») est parue aux éditions Jehber en 1958.

LE LIVRE
LE LIVRE

1968. Le long chemin de la démocratie, Cal y arena

SUR LE MÊME THÈME

Blog « Notre Antigone n'a pas pu sortir »
Blog Le bel avenir de la presse papier
Blog Entre les murs

Dans le magazine
BOOKS n°98

DOSSIER

Ce que ressentent les animaux

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Du grain à remoudre

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

La plus grande chanson de Toni Morrison

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.