Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Albert Camus n’aimait pas le Brésil

Le pays où "les termites vont dévorer les gratte-ciel, tôt ou tard".

Lorsque Albert Camus prend la plume pour décrire le Brésil à son ami René Char, avec lequel il entretint une longue correspondance, il ne cache pas son malaise. C’est un pays « trop chaud, écrit-il en août 1949, où la nature mangera un jour les fragiles décors surélevés dont l’homme essaie de s’entourer. Les termites vont dévorer les gratte-ciel, tôt ou tard, les lianes vierges bloqueront les autres et la vérité du Brésil éclatera enfin. » C’est sur des lignes similaires qu’est tombé Arthur Dapieve, un des principaux critiques du quotidien brésilien O Globo, lorsque les commémorations du cinquantenaire de la mort de l’écrivain l’ont poussé à se replonger dans les Journaux de voyage.

Camus raconte ses aventures et mésaventures, sa fatigue. Un rien l’agace ou l’attriste, il en est presque comique. Il déteste les Brésiliens dès son arrivée sur le quai : encarté au Parti communiste, il est le dernier à réussir à sortir des services d’immigration, et décide que ce peuple ne mérite guère sa curiosité. Bien sûr, il admire certains écrivains, s’intéresse au « Manifeste anthropophage » du poète Oswald de Andrade, et reconnaît aux Brésiliens une « politesse raffinée bien qu’un peu cérémonieuse », plus agréable que la « grossièreté européenne ». La nature, toujours, l’effraye : les saisons se confondent et les espaces, immenses, « collent à l’âme de façon insistante ». Le désamour manifesté dans le récit contraste avec le texte laissé par un autre grand écrivain, l’Autrichien Stefan Zweig (Brésil, terre d’avenir), qui confortait les Brésiliens sur le caractère exceptionnel de leur pays. Pour Arthur Dapieve, ce manque d’intérêt a une explication limpide : né en Algérie, Albert Camus ne pouvait se laisser enchanter facilement par la culture du tiers-monde.

LE LIVRE
LE LIVRE

Journaux de voyage de Albert Camus n’aimait pas le Brésil, Gallimard

SUR LE MÊME THÈME

Francophilies 14 juillet 1789 : « Rien »
Francophilies Le cadavre d’Althusser bouge encore
Francophilies Lévi-Strauss revu et corrigé

Dans le magazine
BOOKS n°107

DOSSIER

Et maintenant ? Le débat sur la croissance

Chemin de traverse

16 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Décroître ?

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Les aborigènes, pionniers de l'agriculture ?

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.