Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Pour l’amour des nécrologies

New York, 16 juillet 1854. En retard pour l’office dominical, Elizabeth Jennings monte à bord d’un tramway. Le conducteur tente de la faire descendre de force. Son véhicule est réservé aux blancs, et Jennings est noire. La jeune femme résiste et est évacuée par la police. Son père attaque la compagnie de transports au nom de sa fille. Sa victoire ouvre la voie à la déségrégation progressive de tout le réseau de transport new-yorkais, et ce un siècle avant que Rosa Parks refuse de céder sa place dans le bus. Mais qui connaît le nom d’Elizabeth Jennings ?

Les bizarreries de l’histoire

Dans Mobituaries, le journaliste et humoriste américain Mo Rocca, avec l’aide de l’universitaire Jonathan Greenberg, rend hommage à ceux que l’histoire semble avoir injustement oublié. Il aborde cet exercice sans agenda politique, ni questionnement idéologique, mais en passionné de la connaissance et en amoureux des nécrologies. « Une bonne nécrologie donne le même sentiment qu’une bande annonce d’un film biographique primé aux Oscars. Les hauts, les bas, les victoires et les tragédies créent une tension dramatique. Mais tout le monde n’a pas droit aux adieux qu’il aurait mérités (ou même à un vrai adieu) », expliquait-t-il le 6 novembre dernier sur les ondes de la radio publique américaine NPR.

Nécrologies oubliées

« Les bizarreries de l’histoire le ravissent et le contrarient », souligne le journaliste Michael Schulman dans The New Yorker. Il se délecte de la liste dressée par Rocca des célébrités dont le décès est presque passé inaperçu, comme Audrey Hepburn morte le jour de l’investiture de Bill Clinton ou Farah Fawcett qui a eu la malchance de mourir le même jour que Michael Jackson.

Les élégies de Rocca et Greenberg, tantôt sérieuses, tantôt ironiques, ne se limitent pas aux personnes. Ils écrivent ainsi la nécrologie du break, la voiture familiale par excellence dans les États-Unis des années 1960 et tombée peu à peu en désuétude, ou de la braguette, cette poche bouffante que les hommes portaient à l’entrejambe entre la fin du Moyen Age et le XVIe siècle.

À lire aussi dans Books : Plaisirs de l’épitaphe, novembre 2014.

LE LIVRE
LE LIVRE

Mobituaries : Great Lives Worth Reliving de Mo Rocca, Simon & Schuster, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Les états d’âme d’une gauchiste américaine
Lu d'ailleurs La « reine des allocs » a bel et bien existé
Samuel Pozzi, l’insaisissable « docteur Dieu »

Dans le magazine
BOOKS n°103

DOSSIER

Femmes singulières

Chemins de traverse

15 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Regrets

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Le pillage de l'Empire moghol

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.