Après la défaite, la quête de sens

Le New Age et la Bible attirent un lectorat accablé par la guerre et la pandémie. Néanmoins, certains éditeurs soutiennent de nouveaux auteurs et la traduction de romans étrangers, notamment français.


LES MEILLEURES VENTES EN ARMÉNIE

En 2012, l’Arménie avait fêté en grande pompe le 500e anniversaire du premier livre imprimé en caractères arméniens, un événement qui célébrait l’ancrage de la lecture dans la culture nationale. C’était huit ans à peine après que le pays eut quitté le giron soviétique, tutelle sous laquelle des livres tirés à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires se vendaient à bas prix, permettant à la plupart des foyers d’avoir leur bibliothèque de classiques, dont les 12 tomes de l’Encyclopédie s­ovié­tique arménienne.
Aujourd’hui, les tirages se sont effondrés, les prix ont grimpé et le marché du livre est concentré dans le secteur d’Erevan. La capitale compte une dizaine de librairies, dont deux enseignes majeures : Bookinist, une « institution » locale fondée en 1932, et Zangak. Chacune possède une maison d’édition, publiant essentiellement des traductions de best-sellers destinés à la jeunesse en arménien, langue privilégiée par la nouvelle génération. Les précédentes, elles, préfèrent lire la littérature étrangère et savante en russe.
Les ventes dans ces ...

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Le lointain, près de chez soi
Bestsellers Confessions d’une vieille dame
Bestsellers La révolution de 1821, le récit des origines

Aussi dans
ce numéro de Books