Après Merkel

Dans le dernier roman de Juli Zeh, Angela Merkel essuie une larme. Elle vient d’annoncer son retrait après des élections perdues contre un mouvement populiste. « Leere Herzen peut se lire comme une réponse à Soumission, de Michel Houellebecq, note Jacqueline Thör dans Die Zeit. À cette différence près que, dans la version de Zeh, ce ne sont pas les islamistes mais les nationalistes qui s’emparent du pouvoir. » Huit ans plus tard, la démocratie telle que nous la connaissons a été abolie, l’Union européenne est en passe d’être dissoute, l’ONU n’existe plus. Mais les citoyens, ces « cœurs vides » que dénonce le titre, ne s’en inquiètent guère. Car les affaires continuent, celle de l’héroïne Britta notamment, parfaite représentante de ce nouveau nihilisme. Sa petite entreprise, nommée Die Brücke (« le pont »), aiguille les candidats au suicide vers les organisations terroristes et leur permet ainsi de donner un sens à leur mort. Parmi ses clients : l’État islamique mais aussi l’organisation écologiste Green Power, pour qui la planète se porterait mieux sans humains. Grâce à ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Leere Herzen de Juli Zeh, Luchterhand Verlag, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers De la tendresse dans un monde de brutes
Bestsellers Un virus nommé bêtise
Bestsellers Dans les coulisses de la révolution russe

Aussi dans
ce numéro de Books