Aux États-Unis, l’inexorable déclin de la violence
par Aux États-Unis, l’inexorable déclin de la violence
Temps de lecture 1 min

Aux États-Unis, l’inexorable déclin de la violence

Écrit par publié le le 22 février 2018

Dans Uneasy Peace, Patrick Sharkey rapporte que depuis les années 1990, un déclin drastique de la criminalité s’est produit aux États-Unis. Dans les années 1970, New York enregistrait plus de 2000 meurtres par an, en 2014, la ville n’en a signalés que 328. Et ce professeur de sociologie de l’université de New York ajoute que la criminalité a également chuté dans beaucoup d’autres grandes villes du pays, telles que Los Angeles ou Washington.

« Sharkey voit le grand déclin de la criminalité comme un bienfait peu médiatisé, qui profite à tous, et en particulier aux plus pauvres et aux plus vulnérables », commente Adam Gopnik dans The New Yorker. Ce sont des milliers de vies de jeunes Afro-américains, dont le meurtre est la première cause de mortalité, qui sont épargnées. Les familles aisées osent davantage s’installer dans des quartiers plus défavorisés, réduisant la concentration de la pauvreté. Une plus grande mixité sociale entraîne la réduction de l’écart de niveau scolaire entre les enfants issus de minorités et ceux venant de milieux favorisés.

Quant aux raisons du déclin de la criminalité, Sharkey reconnaît le rôle d’une police plus présente et agressive, recourant à des incarcérations en masse. Mais le facteur le plus important à ses yeux semble être l’implication d’associations locales, de résidents, qui ont entrepris de changer la vie de leur quartier. « La cohésion sociale, la confiance et l’engagement envers la communauté varient d’un quartier à un autre. Dans ceux où ces liens sont forts, la violence disparaît pratiquement », affirme l’auteur.

 

A lire dans Books : Vers la fin de la violence ?, février 2012.

 

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs ». Pour recevoir le Books du jour inscrivez-vous gratuitement.

 

0
Commentaire

écrire un commentaire