Books prolonge les fêtes ! Profitez de 10 euros de remise sur l’abonnement 11 numéros avec le code promo: BOOKS2020.

Vers la fin de la violence ?

Il y a souvent loin de l’impression que laisse le flot d’informations atroces dont nous sommes abreuvés à la réalité historique profonde. C’est en tout cas la conviction de l’Américain Steven Pinker, qui vient d’écrire 700 pages denses pour réfuter l’une des idées les mieux partagées au monde : nous vivons dans des sociétés de plus en plus violentes et dangereuses. Pour ce célèbre psychologue de Harvard, c’est l’inverse qui est vrai. Dans les pays développés, à tout le moins, les citoyens jouissent d’un état de paix que l’humanité n’avait encore jamais connu.

Il y a souvent loin de l’impression que laisse le flot d’informations atroces dont nous sommes abreuvés à la réalité historique profonde. C’est en tout cas la conviction de l’Américain Steven Pinker, qui vient d’écrire 700 pages denses pour réfuter l’une des idées les mieux partagées au monde : nous vivons dans des sociétés de plus en plus violentes et dangereuses. Pour ce célèbre psychologue de Harvard, c’est l’inverse qui est vrai. Dans les pays développés, à tout le moins, les citoyens jouissent d’un état de paix que l’humanité n’avait encore jamais connu.

Puisant à une multitude de sources historiques, philosophiques, sociologiques ou scientifiques, Pinker livre à l’appui de sa thèse force statistiques. « Des recherches menées sur des squelettes retrouvés sur des sites archéologiques indiquent que 15 % en moyenne des hommes préhistoriques succombaient à une mort violente, causée par un semblable », rappelle ainsi le philosophe Peter Singer dans le New York Times. Un chiffre effarant, comparé au taux d’homicide à Londres de nos jours : environ 2 pour 100 000 habitants. La violence collective a suivi la même courbe déclinante : les guerres sont de moins en moins meurtrières, selon Pinker, qui va jusqu’à relativiser les bains de sang du XXe siècle : si l’on ramène le nombre de victimes de chaque conflit à la population totale de l’époque, la Seconde Guerre mondiale (la plus meurtrière de l’histoire en valeur absolue, avec 50 millions de morts) n’arrive qu’à la neuvième place, loin derrière les conquêtes mongoles.

L’auteur évoque une série de facteurs qui forment une sorte d’inventaire à la Prévert du progrès de l’humanité : la naissance de l’État, détenteur du monopole de la violence légitime ; la démocratisation ; le « processus de civilisation » par lequel le sociologue Norbert Elias entendait décrire la rationalisation progressive des mœurs au cours de l’histoire (du contrôle de nos déjections corporelles à celui de la violence) ; le développement du commerce ; la féminisation des valeurs…

Le livre a fait couler des litres d’encre dans la presse anglo-saxonne, où les commentateurs ont souvent salué l’érudition de l’auteur et sa résistance aux idées reçues. Beaucoup, à l’image d’Elizabeth Kolbert dans le New Yorker, ont aussi reconnu la justesse globale de sa thèse, qui s’inscrit notamment dans le sillage tracé par l’historien français Robert Muchembled dans son Histoire de la violence. Mais de là à endosser l’ensemble des données de Pinker ou sa foi dans le progrès, il y a un pas. La même Elizabeth Kolbert ne cache pas son exaspération face au caractère douteux des calculs de l’auteur concernant les conflits du XXe siècle, qui consistent à comparer les morts faits en six ans par la Seconde Guerre mondiale aux victimes faites par les conquêtes mongoles en près d’un siècle. Elle reproche aussi à Pinker son européocentrisme : « Il est peu question dans ce livre des tendances de la violence en Asie, en Afrique ou en Amérique du Sud. De fait, même les États-Unis posent problème, où les taux d’homicide atteignent en certains endroits des niveaux dignes du Moyen Âge. » Dans Prospect, le philosophe John Gray va plus loin : « La guerre chronique appartiendrait en propre aux régions arriérées du globe. Un lecteur sceptique pourrait se demander si la vague de paix dans les pays développés et les conflits endémiques dans les nations moins chanceuses n’ont pas un lien. Tout comme les sociétés riches ont exporté leur pollution dans les pays en développement, elles y ont aussi exporté leurs conflits. » D’une manière générale, Gray voit dans le livre un numéro d’équilibriste raté entre approches évolutionniste et culturaliste. Ainsi que l’explique Singer, les lois de l’évolution ont, selon Pinker, « déterminé la structure de notre cerveau et nos capacités cognitives et émotionnelles, générant à la fois une propension à la violence et une tendance au pacifisme et à la coopération (nos “démons intérieurs” et nos “meilleurs anges”, selon l’expression d’Abraham Lincoln qui donne son titre au livre). Nos conditions matérielles et l’influence de la culture déterminent lesquelles triompheront ».

Lire aussi, à propos du même livre, le blog de Michel André.

LE LIVRE
LE LIVRE

Les meilleurs anges de notre nature de Steven Pinker, Viking, 2011

SUR LE MÊME THÈME

Périscopes Donner corps à la faim
Périscopes Les esclaves oubliés d’Indonésie
Périscopes Tout le savoir de la forêt

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.