Le malheur des classes moyennes et comment y remédier
par Don Peck

Le malheur des classes moyennes et comment y remédier

La paupérisation des classes moyennes est devenue un problème crucial, notamment aux États-Unis. Pour inverser la tendance, il faut favoriser l’innovation, agir sur la formation, subventionner les emplois à bas salaires et taxer davantage les riches.

Publié dans le magazine Books, février 2012. Par Don Peck
En octobre 2005, trois experts de Citigroup publièrent un rapport sur le schéma de croissance des États-Unis. Pour vraiment comprendre l’avenir de l’économie et de la Bourse, disaient-ils, mieux valait d’abord reconnaître la réalité : cet animal qu’on appelle le « consommateur américain » n’existe pas et les concepts d’endettement « moyen » et de dépense « moyenne » sont extrêmement trompeurs. Selon eux, l’Amérique est en fait composée de deux groupes bien distincts : les riches, et les autres. Or, en matière de décisions d’investissement, la seconde catégorie n’a aucune importance ; surveiller ses habitudes d’achat ou s’inquiéter de son taux d’épargne relève de la perte de temps. Tout, dans l’économie américaine, se passe au sommet : les 1 % les plus riches gagnent autant que les 60 % d’Américains du bas de l’échelle ; leur patrimoine est égal à la richesse cumulée de 90 % de la population ; et chaque nouvelle année voit passer entre leurs mains et tomber dans leurs poches une part un peu plus grande du trésor national. Cette couche sociale détient, à elle seule ou presque, la clé de la croissance et des profits de demain. Les trois analystes, Ajay Kapur, Niall Macleod et Narendra Singh, ont imaginé un mot pour désigner cet état de choses : ploutonomie. Dans une ploutonomie, écrivaient-ils, « la croissance est générée et en grande partie consommée par une minorité de riches ». L’Amérique a déjà connu cette situation à deux reprises : pendant le Gilded Age (1) de la fin du XIXe siècle et durant les Années folles. À chacune de ces époques, la concentration de la richesse fut…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire