À contre-courant
Temps de lecture 1 min

Les mots de ben Laden et ceux qu’on lui prête


Official U.S. Navy photo

Les services de renseignement américains ont publié des lettres d’Oussama ben Laden, saisies lors de l’assaut contre sa résidence en 2011. Ces documents soulignent la détermination du leader d’Al-Qaïda à la veille de sa mort. Vingt ans plus tôt, ses discours n’avaient pas la même teneur. Flagg Miller, professeur d’études religieuses, a eu l’occasion d’étudier une dizaine d’allocutions prononcées entre la fin des années 1980 et 2001, qui figurent sur des cassettes audio retrouvées chez ben Laden à Kandahar en 2001. Dans The Audacious Ascetic, l’universitaire soutient que l’Occident a déformé les messages de ben Laden donnant ainsi plus d’influence à Al-Qaïda que l’organisation n’en avait potentiellement.

Le meilleur exemple ? La fameuse « Déclaration de guerre contre les Etats-Unis » faite en 1996 par ben Laden : cette épître qui se termine sur une quinzaine de poèmes rarement pris en compte dans les traductions était avant tout une charge contre la monarchie saoudienne, souligne Miller. Ben Laden brandit notamment la menace de l’insurrection, si le royaume persiste dans la voie de l’occidentalisation. Et « s’il est bien question de se mesurer aux Etats-Unis, rappelle l’universitaire, c’était dans le cadre d’un combat plus vaste, contre la corruption saoudienne ». L’interprétation du texte comme message adressé aux Etats-Unis a été, selon Flagg Miller, l’œuvre de journalistes occidentaux et de traducteurs qui auraient condensé le propos et changé sa signification pour attirer l’attention « sur la colère grandissante du monde arabe contre les États-Unis – à cause des effets dévastateurs des sanctions américaines sur le peuple irakien. » Selon l’universitaire, c’est peut-être ce détournement qui a soufflé au leader islamiste, alors isolé et désargenté (il avait perdu sa nationalité saoudienne et sa fortune en 1994), que provoquer l’Occident pourrait lui être profitable.

Le nom même d’Al-Qaïda, qui signifie « norme » ou « base » en arabe, n’est utilisé par ben Laden au sens d’organisation terroriste qu’en mars 2001. Les Occidentaux s’y référaient en ce sens bien avant, donnant à l’organisation une cohérence qu’elle n’avait pas encore.

 

 

 

 

 

LE LIVRE
LE LIVRE

The Audacious Ascetic : What the Bin Laden Tapes Reveal About Al-Qa’ida de Flagg Miller, Hurst, 2015

SUR LE MÊME THÈME

À contre-courant La France et le hijab
Élégie familiale
À contre-courant Les murs, fondements de la civilisation

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Numéro spécial : Grandes aventurières

Grandes aventurières

par Books

Travestissement

Sans contrefaçon, ce sont des garçons

par Janet Todd

Voir le sommaire