Le cerveau est une machine à falsifier
par Stefan Klein

Le cerveau est une machine à falsifier

En Allemagne comme en France, les députés on voté une « loi sur la burqa », alors que personne ne porte ce vêtement. Pourquoi ? C’est que l’opinion d’autrui exerce sur nous un véritable empire. Nous sommes programmés pour nous y conformer, au point de ne plus voir ce qui crève les yeux.

Publié dans le magazine Books, décembre 2018/ janvier 2019. Par Stefan Klein

© Chris Stowers / Panos / Rea

« Jamais », proclame une pancarte lors d’un rassemblement du mouvement islamophobe allemand Pegida. Cependant, qui peut affirmer croiser quotidiennement des femmes en niqab ?

Pourquoi les gens voient-ils des choses qui n’existent pas ? Le psychologue Solomon Asch a raconté son enfance en Pologne. En 1914, alors qu’il avait 7 ans, il fêtait en famille le seder, le premier soir de la pâque juive. Sa grand-mère offrit un verre de vin à chacun puis posa un autre verre rempli sur la table. « Il est pour qui ? demanda le jeune garçon. — Pour le prophète Élie, lui répondit un de ses oncles. — Il va vraiment en boire ? — Mais oui, dit l’oncle. Tu vas voir. » L’enfant scruta le verre et eut la certitude d’avoir vu baisser le niveau du vin. Sa famille avait émigré à New York avant que la Wehrmacht envahisse la ­Pologne en 1939 et que les nazis ­exter­minent les juifs. Asch gagnait sa vie en tant que psychologue social. En 1951, il mena une expérience révolutionnaire qui lui permit de comprendre pourquoi les gens succombent si souvent à la ­propagande la plus grossière – et, par la même occasion, d’expliquer le phénomène qu’il avait vécu enfant. L’expérience consistait à comparer la longueur de plusieurs lignes. Les participants se voyaient remettre une carte sur laquelle était imprimé un trait et, en dessous, trois autres traits. Parmi ces trois lignes, l’une était de toute évidence de même longueur que celle du haut, une autre était indéniablement plus longue, une autre plus courte. Les cobayes ­devaient juste indiquer celle qui était identique au trait du haut. Laissés seuls face à cet exercice fort simple, tous donnaient…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire