Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Le Cid, héros de western

L’écrivain et journaliste espagnol Arturo Pérez-Reverte semble avoir le don d’ubiquité historique. À peine avait-il achevé sa trilogie centrée sur le personnage de Lorenzo Falcó, un espion opérant pendant la guerre d’Espagne (1936-1939), qu’il se plongeait dans l’histoire de l’Espagne du XIe siècle.

Dans Sidi, il raconte les tribulations de Rodrigo Díaz de Vivar, ce mercenaire chrétien que l’on surnommait « El Cid » (de l’arabe « sidi », seigneur). Pérez-Reverte se concentre sur les années de formation de celui que l’on présente souvent comme le héros de la Reconquista : banni de Castille par le roi Alphonse VI en 1081, le Cid mettait alors son épée au service du plus offrant, des princes chrétiens comme musulmans.

« Du Cid historique, du vrai Cid, nous ne connaissons tout au plus que 20 %. Le reste appartient à la légende. Cela m’a permis, tout en restant fidèle à ces traditions, de créer ma propre histoire, à partir de documents, bien sûr, mais aussi de mon imagination et de mon expérience des conflits frontaliers », explique Pérez-Reverte dans une interview au quotidien catalan El Periódico, faisant allusion à sa carrière de correspondant de guerre. En polémiste chevronné, l’écrivain a choisi de s’intéresser à un personnage controversé, dont l’image a été « contaminée par la rhétorique patriotique du franquisme qui entendait le transformer, comme d’autres figures historiques, en un chantre d’une Espagne fer-de-lance de la civilisation chrétienne », expose-t-il dans le magazine dominical d’El País.

D’où lui est venue l’idée du roman ? En regardant pour la énième fois un western de John Ford. S’il y a bien un endroit qui ressemblait au Far West, c’était cette zone de non-droit, ce territoire aux frontières floues qui, au XIe siècle, coupait l’Espagne en deux, séparant les royaumes chrétiens de ceux dirigés par des dynasties arabes ou berbères. Avec Sidi, ce western médiéval, Pérez-Reverte s’est hissé « au sommet de l’art narratif en utilisant un lexique contemporain coloré de termes anciens » estime le critique d’El Cultural Santos Sanz Villanueva.

À lire aussi dans Books : Arturo Pérez-Reverte refait l’histoire, juillet/août 2019.

LE LIVRE
LE LIVRE

Sidi. Un relato de frontera de Arturo Pérez-Reverte, Alfaguara, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs La longue attente des réfugiés de la Seconde Guerre mondiale
Lu d'ailleurs Néandertal, notre cousin mal-aimé
Étranges Occidentaux

Dans le magazine
BOOKS n°111

DOSSIER

La tentation autocratique

Mot manquant

Omiokuri

par Daniel Pennac

Esprit critique

Big Pharma et Covid-19

par Olivier Postel-Vinay

Jadis & naguère

Le fascisme, ça n’arrive qu’aux autres

par Jean-Louis de Montesquiou

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.