CONTES YOUGOSLAVES

CONTES YOUGOSLAVES

Un premier roman sur les Balkans examine le rôle du surnaturel dans la vie.

Publié dans le magazine Books, septembre 2011.

Comme l’auteur Téa Obreht, l’héroïne de La Femme du tigre est originaire de l’ex-Yougoslavie. En mission médicale dans un village des Balkans, elle est intriguée par des gens occupés à retourner la terre pour chercher les restes d’un cousin mort pendant la guerre et jamais enterré dignement. Ils en sont persuadés : s’ils s’en chargent, la malédiction qui rend malades tous les villageois disparaîtra. « Bien sûr, elle préférerait que ces hommes superstitieux l’autorisent à examiner les patients, rapporte le Washington Post. Mais elle comprend aussi leur besoin de sanctifier les restes des défunts. » Elle-même vient d’apprendre la mort de son grand-père. Et elle se rappelle les histoires qu’il lui racontait et qu’elle peut transmettre à son tour. Comme celle du tigre échappé du zoo, qui terrorise un village entier, sauf la femme du boucher, soupçonnée d’avoir tué son mari et de l’avoir donné à manger à l’animal. « Téa Obreht offre un tableau inoubliable de la vie dans un pays des Balkans qui peine à se remettre de la guerre civile, estime le New York Times, enthousiasmé par ce premier roman. En même temps, elle explore l’essence même des légendes et le rôle qu’elles jouent dans la vie des gens. »

Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire