Crassus, rends-moi mes légions !

Le 9 juin de l’an 53 av. J.-C., l’armée romaine subit l’une des pires défaites de son histoire. À Carrhes, en haute Mésopotamie, les légions, menées par le richissime Crassus, sont taillées en pièces par des cavaliers parthes pourtant largement inférieurs en nombre. C’est la fin de l’expansion romaine vers l’est ; d’autres tentatives suivront, parfois moins catastrophiques, mais toujours aussi vaines…

Le 9 juin de l’an 53 av. J.-C., l’armée romaine subit l’une des pires défaites de son histoire. À Carrhes, en haute Mésopotamie, les légions, menées par le richissime Crassus, sont taillées en pièces par des cavaliers parthes pourtant largement inférieurs en nombre. C’est la fin de l’expansion romaine vers l’est ; d’autres tentatives suivront, parfois moins catastrophiques, mais toujours aussi vaines. Rome devra accepter de cohabiter pendant un demi-millénaire avec un empire presque à sa mesure, la Perse. Dans son nouvel ouvrage, l’historien italien Giusto Traina revient sur les raisons de cette défaite. S’écartant de la tradition, il n’accable pas Crassus, « lui concédant même quelques circonstances atténuantes », rapporte le quotidien Linea. Le grand responsable fut l’art militaire qui avait tant réussi à Rome jusqu’alors : ses formations statiques de fantassins furent réduites à l’impuissance face à une cavalerie bien plus mobile qui put les percer de flèches à distance.

LE LIVRE
LE LIVRE

Carrhes, le 9 juin 53 av. J.-C de Crassus, rends-moi mes légions !, Les Belles Lettres

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Trois femmes seules
En librairie Dans le corps des migrants
En librairie Parce que je le vaux bien

Dans le magazine
BOOKS n°113

DOSSIER

L’optimisme est-il un vilain défaut ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Fantasy

par Olivier Postel-Vinay

Courrier

Mille mercis

par Books

Voir le sommaire