Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Danser à Damas

Dans une sorte de farandole endiablée, des hommes et des femmes tournent en rond en tapant fortement le sol du pied, encouragés par les cris du raïs, le chef de file. C’est le dabkeh, une danse traditionnelle populaire dans tout le Levant. Mais en Syrie, cette danse folklorique, pratiquée dans l’intimité des fêtes familiales, est descendue dans la rue pour devenir un acte de défiance contre le régime, au même titre que certaines chansons de variété se sont transformées en hymnes révolutionnaires, écrit l’arabisante américaine Miriam Cooke dans Dancing in Damascus. Son livre remplit un vide dans la perception occidentale du conflit en Syrie, estime The Guardian, car il raconte une histoire jusqu’ici méconnue : celle de la résilience des Syriens par l’art. Pour preuve, cette représentation, peut-être unique en son genre, de Roméo et Juliette de Sheakspeare, en pleine guerre civile et exode. Les deux amoureux transis communiquaient par Skype, lui dans un camp de réfugiés en Jordanie, elle sous les bombes à Homs.

A lire aussi : Un cri de Syrie, Books, avril 2016.

 

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs » directement dans votre boîte email. Inscrivez-vous gratuitement à la Quotidienne.

LE LIVRE
LE LIVRE

Dancing in Damascus: Creativity, Resilience, and the Syrian Revolution de Miriam Cooke, Routledge, 2016

SUR LE MÊME THÈME

Charlie Kaufman s’essaie à la littérature 
L’énigme « Pew »
Et Portnoy eut raison des censeurs australiens

Dans le magazine
BOOKS n°109

DOSSIER

SOS biodiversité

Mot manquant

Colaborador

par Daniel Pennac

Esprit critique

La prochaine pandémie

par Olivier Postel-Vinay

Sciences

Le souvenir que la Terre gardera de nous

par Lucy Jakub

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.