Des yogis pour tous les goûts

Le yoga contemporain n’a pas grand-chose à voir avec les multiples traditions qui ont marqué l’histoire de l’Inde depuis deux mille ans ou davantage. Une exposition exceptionnelle qui a voyagé cette année aux États-Unis suggère que la méditation yogique a atteint son zénith sous les empereurs moghols musulmans aux XVIe et XVIIe siècles. Mais le yoga a aussi sa face sombre, voire sinistre, à l’opposé de toute forme de paix de l’esprit.


Vers 1600, l’art moghol connut une transformation spectaculaire. Les empereurs moghols en Inde étaient les plus puissants monarques de leur temps. Au début du XVIIe siècle, ils régnaient sur plus d’une centaine de millions de sujets, cinq fois le nombre administré par leurs seuls rivaux, les Turcs. Une bonne partie de la peinture issue des ateliers des premiers empereurs était de la propagande dynastique. On produisait des copies illustrées du journal de Babur, le conquérant qui apporta à l’Inde la dynastie musulmane des empereurs moghols en 1526, ainsi que des peintures délicates illustrant chaque épisode de la vie de son petit-fils, Akbar. Et puis soudain, à ce moment de splendeur impériale, un jeune prodige hindou khanazad (né au palais) nommé Govardhan se mit à peindre des images sans précédent dans l’art moghol. Ce n’était plus des tableaux de batailles ou de réceptions à la cour, mais des portraits finement observés d’hommes saints exécutant des asanas, exercices destinés à concentrer l’esprit pour parvenir à la libération spirituelle et à la transcendance. Ironie de l’histoire, c’est donc seulement avec l’arrivée des musulmans, ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Yoga de Des yogis pour tous les goûts, Smithsonian Books

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

De la tendresse dans un monde de brutes

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire