La deuxième vie de la forêt de Kočevski Rog

En Slovénie, au pied des Alpes dinariques, la forêt dense s’étend à perte de vue. Il y a encore un siècle et demi, elle ne couvrait que 30 % du massif. Sa régénération résulte de la longue série de tragédies humaines qu’a connue la région au XXe siècle.


© Markus Mauthe/Laif/Rea

Kočevski Rog, dans le sud-est de la Slovénie. La région attire aujourd’hui un tourisme haut de gamme qui contribue à la prospérité de l’économie locale.

Je regagne la lumière du jour et j’ai du mal à croire ce que je vois ou, plutôt, ce que je ne vois pas. Je fixe du regard les montagnes alentour et je les compare mentalement aux photos anciennes que j’ai vues du même lieu. Là où s’étend à présent une forêt dense aux frondaisons hautes et touffues – dans les vallées, sur les hauteurs, à flanc de coteau, avant de laisser place, vers 1 000 mètres, à des pins qui se raréfient avec l’altitude –, il n’y avait quasiment rien. Sur les photos du sud-est de la Slovénie datant de la Première Guerre mondiale, la terre est quasiment dépourvue d’arbres. Les arbres sont aujourd’hui si hauts, si impressionnants, ils recouvrent si densément les hauteurs que, lorsque l’on voit les photos anciennes – mais récentes à l’échelle du temps écologique –, on a du mal à penser qu’il s’agit du même endroit. J’ai tellement l’habitude de voir des forêts se dégrader que j’ai l’impression de me passer un film à l’envers. Tomaž Hartmann a roulé pendant près d’une heure ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Feral: Searching for Enchantment on the Frontiers of Rewilding de George Monbiot, Penguin, 2014

SUR LE MÊME THÈME

Histoire Quand le tabac soignait
Histoire Ça use, Ça use, Ça use les souliers
Histoire Qui était vraiment Magellan ?

Aussi dans
ce numéro de Books