Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

La mauvaise image des Espagnols : c’est la faute à Voltaire !

En 2016, María Elvira Roca Barea, philologue spécialiste de la littérature européenne du Moyen-âge, suscitait la controverse avec la publication de son best-seller Imperiofobia y leyenda negra. Elle y analysait l’origine de ce qu’on appelle la « légende noire espagnole », ces discours diabolisant l’Espagne qui circulaient au sein des nations voisines à partir du XVIe siècle. Dans son dernier ouvrage, Fracasología, elle entend prolonger la réflexion en montrant comment les élites espagnoles, du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, ont progressivement intériorisé ces conceptions dépréciatives de leur propre pays.

L’hispanophobie de Voltaire

Selon Roca Barea, tout s’est joué en 1700 lorsque les Bourbons français, dont la dynastie commence avec Philippe V, prirent place sur le trône d’Espagne. Dès lors, la vision négative qu’avait la France de l’histoire de l’Espagne, du fait principalement de l’Inquisition, s’est imposée au sein des élites intellectuelles et politiques espagnoles, soucieuses de se rallier au discours dominant. L’un des principaux responsables de cette hispanophobie ? Voltaire !, répond la philologue. Ses textes sur l’Espagne, notamment ses Essais sur les mœurs, nourrissent l’idée que « l’Espagnol est un être intrinsèquement arriéré, paresseux, ennemi de la science et du progrès, fanatique, génocidaire, une canaille ingouvernable et orgueilleuse vouée à l’échec », commente Rafael Fuentes dans le quotidien ABC.

Conception péjorative de l’Espagne

Depuis le XVIIIe siècle, les classes cultivées espagnoles n’ont pu se départir de cette conception péjorative de leur pays, accentuée par les années de franquisme. Roca Barea « pense que l’adoption d’une posture critique, disqualifiante voire contrite vis-à-vis des gloires de la patrie est propre à l’Espagne », regrette José-Carlos Mainer dans le quotidien El País. Cet historien de la littérature n’est visiblement pas d’accord avec elle, puisqu’il qualifie sa prose de « fantaisiste et impulsive » et juge que ses « interprétations ne découlent pas d’une lecture attentive des textes ».

À lire aussi dans Books : Le mythe de l’unité espagnole, septembre 2010.

LE LIVRE
LE LIVRE

Fracasología de María Elvira Roca Barea, Editorial Espasa, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Jumelles grammaticales
Lu d'ailleurs Les trois fées de la révolution chinoise
Le livre est mort, vive le livre !

Dans le magazine
BOOKS n°102

DOSSIER

Vieillir... mais comment et jusqu'où ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Résolutions pour quand je vieillirai

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

« Nous vivrons tous un jour à Kochland »

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.